Oui, je soutiens des enfants comme Anna avec:

  • CHF30
  • CHF60
  • CHF120
  • CHF

S’occuper tout seul d’un bébé, c’est difficile. Surtout à 9 ans.

Quiconque a des enfants et aime les enfants a du mal à imaginer ce qui se passe dans certains logements suisses. Sans que les voisins ne s’en aperçoivent, des enfants doivent endurer d’indicibles souffrances corps et âme.

Souvent, ces enfants qui ne savent plus que faire s’adressent au numéro d’appel d’urgence 147. Comme par exemple Anna* qui nous a récemment appelés.

«Salut, aidez-moi, je ne sais pas quoi faire, ma petite sœur pleure sans arrêt», sussurait Anna désemparée au téléphone. Quand nous avons entendu que Anna, 9 ans, était seule à la maison, depuis la nuit précédente, avec un bébé de 8 mois, notre conseillère téléphonique a alerté les autorités, avec l’accord de la jeune fille. C’est ainsi que nous avons finalement appris les tenants et les aboutissants de ce drame.

Anna, sa petite soeur et leur mère habitaient toutes les trois dans un vieux bâtiment délabré à la périphérie de la ville. Le père est parti avec une autre femme juste après la naissance du deuxième enfant et a abandonné la petite famille.

Le départ de son compagnon a plongé la mère dans une panique totale. Sans expérience et d’origines modestes, elle a soudain dû s’occuper à la fois des enfants et de trouver un revenu. A la hâte, elle a accepté le premier emploi qu’elle a trouvé, une équipe de nettoyage qui travaillait toutes les nuits de 3 à 6 heures du matin. Elle a pensé que les enfants seraient au lit à cette heure-là et s’apercevraient à peine de son absence.

Mais ça ne s’est pas passé comme ça. Le bébé ne dormait pas et la mère n’a pas réussi à rentrer chaque jour à 6 heures. Tout a alors pesé sur les frêles épaules de la petite Anna. Elle a dû changer les couches du bébé au milieu de la nuit, lui donner le biberon, le consoler, le calmer, le bercer, pendant des jours voire des semaines, jusqu’à cette fois où le bébé a eu beaucoup de fièvre et qu’Anna, totalement dépassée, n’a plus su que faire.

Ce que les autorités ont trouvé dans l’appartement était grave. Dès le premier regard, on voyait que c’était le logement d’une mère totalement débordée. Vêtements et jouets étaient dispersés, avec au milieu le bébé qui pleurait et Anna totalement désemparée, qui aurait voulu tout bien faire pour l’amour de sa mère.

L’histoire tragique d’Anna est l’une des nombreuses histoires que nous entendons. Nous sommes là chaque jour pour plus de 400 enfants et jeunes par téléphone, SMS, chat et Internet. Mais nous n’oublions jamais que cette aide n’est possible que grâce au généreux soutien de donatrices et donateurs comme vous. Grâce à vous, notre équipe peut être là pour des enfants désespérés 24 heures sur 24 toute l’année.

J’effectue un don

  • CHF30
  • CHF60
  • CHF120
  • CHF

Je règle CHF avecJe paie avec

Veuillez sélectionner le montant de votre don!

Veuillez sélectionner un type de versement!

Veuillez vérifier les champs de saisie en rouge!

Je verse le montant

Expéditeur

* Champs obligatoires

Protection des données

Pro Juventute traite toutes les données personnelles de façon confidentielle et soignée. Elle gère elle-même les adresses des clients. Ces adresses ne sont ni vendues, ni louées, ni transmises à des tiers: la fondation n’a le droit de les utiliser que pour ses propres intérêts.

Compte pour les dons

CCP 80-794402-9 ou IBAN CH68 0900 0000 8079 4402 9
Fondation Pro Juventute, Thurgauerstrasse 39, 8050 Zurich

* Tous les exemples de conseils ont été anonymisés. Afin de garantir la confidentialité, les entretiens sont distanciés. Tous les détails ont été rajoutés pour qu’aucun enfant ne puisse se reconnaître. On a utilisé une image symbolique.

Partager ce contenu
share
Fondation Pro Juventute
Bureau Suisse romande
Place Chauderon 24
1003 Lausanne
Tel: +41 21 622 08 17
Fax: +41 21 622 08 11