Les Messages aux parents: Soutien compétent aux parents dans l’éducation au quotidien

Les parents veulent ce qu’il y a de meilleur pour leur enfant. Malheureusement, ce n’est pas toujours facile: le flot d’informations accroît leurs incertitudes. Les Messages aux parents de Pro Juventute confortent les mères et les pères dans leur rôle de parents, éveillent leur compréhension pour les besoins de leur enfant, les sécurisent en matière d’éducation et les orientent sur la vie commune.

Depuis plus de 40 ans, les Messages aux parents de Pro Juventute sont un soutien important pour plus de 65'000 mères et pères qui, chaque année, deviennent parents pour la première fois. Ils informent les parents et leur fournissent des conseils pratiques sur les thèmes «Soins», «Alimentation», «Education», «Développement de l’enfant», «Rôle de la mère/du père», «Couple» et «Garde d’enfant». Les Messages aux parents de Pro Juventute accompagnent les mères et les pères d’enfants âgés de 1 à 6 ans.

Les «Messages spéciaux» de Pro Juventute sont consacrés à des thèmes spécifiques tels que «Grands-parents», «La phase d’opposition» ou encore «Famille et travail».

La série spéciale «Notre enfant 1ère à la 6e année», destinée aux parents issus de l’immigration, est disponible dans 7 langues différentes. Elle comporte des informations simples à lire dans la langue maternelle des parents et en allemand ou français.

Sujets importants pour les parents dans leur vie avec leur premier enfant

Comment protéger mon enfant des agents pathogènes?

Comment protéger mon enfant des agents pathogènes?

Les germes pathogènes font partie de la vie. Au début, l’enfant est protégé par ses défenses immunitaires innées contre les maladies contagieuses. Après la naissance, il perd cette protection et crée sa propre défense. Fièvre, infections, toux, rhume ou diarrhée font donc partie du quotidien.

Aussi désagréables que puissent être de telles perturbations à la fois pour l'enfant et les parents, elles ont leur signification et leur importance pour la santé de l'enfant. Les enfants ont besoin du contact et de la confrontation avec des agents pathogènes pour développer leur système immunitaire. N'isolez donc pas votre enfant du contact avec des adultes et d’autres enfants si ce n’est pas nécessaire. Les rencontres et la chaleur humaine sont importantes pour un bébé.

Pour les petits «chercheurs et chercheuses de la bouche», il faut se rappeler que les germes ramassés font partie de l’environnement. C'est en étant en contact avec eux que les enfants développent leur système immunitaire. Il n’y a donc aucune raison de tout laver en permanence ou d’empêcher de mettre des choses à la bouche pour des motifs d’hygiène.

Que dois-je faire quand mon enfant est malade?

Que dois-je faire quand mon enfant est malade?

Les maladies infantiles classiques touchent rarement les jeunes enfants, qui sont plutôt sensibles aux infections des voies respiratoires et des organes digestifs. Vous le verrez vite: votre enfant pleure plus, il ne veut rien manger, il n’est pas comme d’habitude. Quand il tombe malade pour la première fois, les parents peuvent être très inquiets. C’est normal. Vous n’avez pas encore l’expérience nécessaire pour bien évaluer les maladies.

Après chaque maladie, vous gérerez de manière un peu plus routinière la situation. Pour le développement du système immunitaire, le contact avec des agents pathogènes est important. Beaucoup de parents observent qu’après une maladie, leur enfant a fait d’importants progrès dans son développement.

Si votre enfant est malade, il est important que vous gardiez votre calme. Car la nervosité et l’inquiétude se transmettent aux petits patients et influencent leur bien-être. Si vous n’êtes pas sûr de vous et si vous vous inquiétez, appelez le/la pédiatre une fois de plus plutôt qu’une fois de moins. Vous pourrez vous occuper de manière plus détendue de votre enfant malade si vous êtes rassuré par des informations médicales.

Que dois-je faire quand mon enfant a de la fièvre?

Que dois-je faire quand mon enfant a de la fièvre?

La fièvre peut être une importante réaction du corps à certains agents pathogènes. Mesurez la température corporelle dans l’anus. C’est la méthode la plus fiable pour mesurer précisément la température corporelle. On considère qu’il y a de la fièvre quand la température dépasse 38,5 degrés. De 37,5 à 38,5 degrés, il s’agit d’une température élevée.

Ne vous inquiétez pas si le thermomètre monte à 40 degrés ou plus: les enfants ont plus vite une fièvre élevée que les adultes. Le choix d’appeler ou non le/la pédiatre ne dépend pas vraiment de la fièvre. L’état général est beaucoup plus important. Si, malgré la fièvre, votre enfant boit, ne vomit pas, n’a pas de diarrhée, continue à jouer et n’est pas apathique, il n’y a aucune raison de s’inquiéter.

Si l’état général est moins bon ou que votre enfant ne boit plus, vous devriez consulter immédiatement votre médecin, peu importe si la fièvre est élevée ou non. Si vous avez l’impression que votre enfant n’a pas seulement de la fièvre mais qu’il a aussi des douleurs, vous devriez appeler votre médecin. Il a peut-être une inflammation de l’oreille ou une maladie analogue.

Si votre enfant a beaucoup de fièvre, vous pouvez la faire baisser avec des compresses, à condition que votre enfant ait les jambes et les pieds chauds et qu’il accepte ce traitement. Plongez une compresse de gaze dans de l’eau froide avec un peu de vinaigre ou de jus de citron. Pressez la compresse et entourez-là autour du mollet et du pied de votre enfant. Entourez la compresse d’une serviette éponge ou d’un châle en laine.

Si après une dizaine de minutes les pieds sont encore très chauds, renouvelez la compresse. Contrôlez ensuite la température avec le thermomètre. Parfois, les médicaments pour faire baisser la fièvre sont nécessaires. Mais ne donnez ces médicaments que s’ils ont été prescrits par le médecin.

Une maladie bénigne qui arrive souvent au cours de la première année est la «fièvre de trois jours». L’enfant a beaucoup de fièvre pendant trois jours sans autre symptôme. L’important est que l’enfant boive suffisamment pendant cette période. Après la baisse de la fièvre, une légère éruption peut apparaître brièvement sur le corps.

Certains enfants peuvent, lorsqu’ils ont beaucoup de fièvre, perdre brièvement connaissance avec les bras et les jambes qui convulsent. De telles convulsions fébriles sont une sorte de crise épileptique sans danger, qui peut beaucoup angoisser les parents. Si votre enfant a de telles convulsions fébriles, contactez votre pédiatre.

Que ce soit au téléphone ou en cabinet, le personnel médical vous sera reconnaissant si vous donnez des indications précises sur la fièvre et sa durée et si vous savez si l’enfant boit ou non. Notez toutes les informations. Notez aussi vos questions. Car on a tendance à les oublier dans l’agitation.

Dois-je allaiter mon enfant ou le nourrir au biberon?

Dois-je allaiter mon enfant ou le nourrir au biberon?

Que ce soit au sein ou au biberon, téter signifie bien plus que simplement absorber de la nourriture. La proximité de votre corps et la chaleur de votre peau donnent à votre enfant une sensation de bien-être et de sécurité. Beaucoup de raisons parlent en faveur de l’allaitement. Mais si vous choisissez tout de même (ou si vous devez choisir) le biberon, ne vous sentez pas coupable: même avec le biberon, vous pouvez offrir à votre enfant la chaleur de votre corps, de la tendresse et de la proximité.

L'allaitement et l'alimentation au biberon peuvent également être combinés. Par exemple, si cela vous gêne de donner le sein en public à votre enfant ou si vous voulez ou devez retourner travailler après votre congé maternité, vous pouvez aussi tirer votre lait. Ainsi, votre bébé pourra boire votre lait au biberon. Votre conseillère en allaitement ou conseillère maternelle vous aidera volontiers.

L’allaitement ou le biberon, c’est un choix très personnel qui dépend de votre position et des circonstances de la vie. Choisissez l’option qui vous plaît le plus, à vous et à votre enfant.

Pourquoi les nourrissons pleurent-ils?

Pourquoi les nourrissons pleurent-ils?

Pleurer et crier sont les premiers moyens dont disposent les petits enfants pour attirer l'attention. La plupart des enfants viennent au monde avec un cri. Au cours des premières semaines et des premiers mois, les pleurs font partie du quotidien. En pleurant, l’enfant exprime le fait qu’il a besoin de quelque chose. Chaque enfant est unique, et cela se manifeste aussi dans les pleurs: certains crient beaucoup, d'autres moins. Certains enfant ont une voix aiguë, d’autres pleurent en silence.

Au début, il n'est pas toujours facile de comprendre ce dont le bébé a besoin. Avec le temps, vous saurez reconnaître de quoi à besoin votre enfant et ainsi faire cesser certains pleurs.

La première règle à observer lorsque votre enfant pleure, c'est de garder votre calme et de réfléchir à la cause possible de ce pleur. Souvent, quelques mots consolateurs, un bercement ou un câlin suffisent à le rassurer, à le réconforter. Il arrive toutefois que, malgré tous vos efforts (sucette, sein, biberon, change, portage, musique, etc.), vous ne parveniez pas à remonter à la source de l'agitation.

De telles situations peuvent mettre vos nerfs à rude épreuve. Respirez profondément et pensez: les petits enfants ne pleurent jamais sans raison ou par caprice, et sûrement pas pour vous embêter. Souvent, ils ont juste besoin d'évacuer leurs tensions intérieures. Peut-être devrez-vous l'expliquer à vos voisins si ceux-ci se montrent peu compréhensifs lorsque votre bébé s'exprime de la sorte!

Partager ce contenu
share
elternberatung.jpg

Le service d’assistance pour les parents et les éducateurs 24h/24

Les Conseils aux parents Pro Juventute offrent des conseils par téléphone ou en ligne pour les situations du quotidien ou en cas de crise.

Mon don de %s francs apporte des réponses

Mon don de 58 francs apporte des réponses

Avec 58 francs, vous financez par exemple les Messages aux parents qui accompagnent et soutiennent les jeunes parents.

Fondation Pro Juventute
Bureau Suisse romande
Place Chauderon 24
1003 Lausanne
Tel: +41 21 622 08 17
Fax: +41 21 622 08 11