Famille et Société
Actualisé le: 30.03.2022

Crises de panique chez les jeunes: reconnaître les symptômes et agir

La respiration se coupe, des sueurs froides apparaissent: une crise de panique peut déjà survenir chez les enfants et les jeunes. Mais elle n’est pas toujours identifiable comme telle par les parents. Découvrez les symptômes d’une crise de panique et ce que vous pouvez faire si votre fille ou votre fils en est victime.
Image
Eine Jugendliche hat eine Panikattacke.

Le passage de l’enfance à l’âge adulte pose des défis à de nombreux jeunes, et ce d’autant plus depuis que le coronavirus domine le quotidien. Les problèmes psychiques chez les enfants et les jeunes ont fortement augmenté. Parfois, la peur les envahie tellement qu’ils sont pris de véritables crises de panique. Ils ont peur de mourir, de devenir fous ou de perdre le contrôle. Des sentiments d’irréalité ou d’étrangeté peuvent également apparaître en cas d’anxiété.

Une crise de panique chez les jeunes peut se manifester de manière très dramatique – par des cris, des pleurs ou une hyperventilation.

Une crise de panique peut survenir de manière isolée, par exemple avant un examen. Toutefois, si les crises de panique se répètent pendant plusieurs semaines ou si l’enfant développe de l’appréhension à l’idée de subir d’autres crises, une aide extérieure peut s’avérer nécessaire. Dans le jargon technique, on parle alors de trouble de panique. Afin d’évaluer correctement la situation, il est important que les parents sachent reconnaître les crises de panique. Ceci n’est pas toujours facile, car les symptômes peuvent varier ou apparaître de manière diffuse. 

Symptômes d’une crise de panique chez les jeunes

Les jeunes enfants ont déjà des peurs, par exemple celle d’être séparés de leur maman ou de leur papa. Les troubles paniques sont toutefois rares chez eux. Une crise de panique chez les jeunes peut se manifester de manière très dramatique – par des cris, des pleurs ou une hyperventilation. Une telle crise se caractérise par des effets physiques dus à la panique intense et soudaine. Les symptômes typiques sont les palpitations cardiaques, la transpiration, les tremblements et la sécheresse buccale. D’autres symptômes peuvent également apparaître, comme par exemple une détresse respiratoire, des douleurs dans la poitrine, des nausées, des maux de ventre ou des vertiges.

Les symptômes d’une crise de panique ne sont toutefois pas toujours visibles de l’extérieur. Souvent, les jeunes affectés tentent de dissimuler leur anxiété, c’est pourquoi il peut être difficile pour les parents de reconnaître un trouble panique. Certains signes apparaissent toutefois dans le comportement: les jeunes se replient encore plus sur eux-mêmes, essaient d’éviter certaines situations, ne veulent plus aller à l’école ou réagissent de manière plus agressive. Si les parents constatent de tels comportements, ils peuvent faire part de leurs observations aux jeunes et leur demander par exemple pourquoi ils évitent certaines situations.

Ce que les parents peuvent faire en cas de crise de panique de leur fils ou de leur fille

Quand la peur envahit le jeune:

  • Écoutez attentivement, prenez sa panique au sérieux. Signalez-lui qu’il est normal d’avoir peur, car la peur est un réflexe de protection. 
  • Détournez son attention de la crise de panique. Parlez ensemble d’une expérience agréable ou d’un souhait particulier. Ou demandez à votre enfant de décrire son environnement de la manière la plus détaillée possible.
  • Guidez votre enfant avec des exercices de respiration, car la peur entraîne une respiration plus superficielle. Inspirer et expirer calmement peut aider à se détendre.
  • Encouragez le mouvement, par exemple danser sur sa musique préférée. Cela permet de réduire les hormones de stress.

Une fois la crise de panique passée:

  • Parlez de vos propres peurs pour que votre enfant ne se sente plus seul avec ses émotions.
  • Renforcez sa confiance en lui ou elle en rappelant ce que le ou la jeune a déjà réussi avec brio, comme par exemple le superbe but du dernier match.
  • Aidez les jeunes à évaluer correctement les signes avant-coureurs. Une crise de panique peut parfois annoncer son arrivée, par exemple par une bouche sèche ou des palpitations cardiaques. Les jeunes concernés peuvent ainsi contrecarrer la crise.
  • Réfléchissez ensemble à des stratégies pour gérer la panique, comme par exemple où chercher de l’aide lorsqu’une crise de panique se fait sentir.

Se faire aider à temps en cas de trouble panique

Lorsqu’un enfant souffre de crises de panique, cela peut être très difficile à vivre pour les parents. Le service Conseils aux parents facilement accessible de Pro Juventute aide les parents à gérer leurs inquiétudes. L’entretien permet de déterminer si une aide extérieure est nécessaire et, le cas échéant, où les parents et les jeunes peuvent s’adresser. Si les crises de panique se répètent et qu’elles affectent la vie sociale ou les résultats scolaires, il est préférable de faire appel à un spécialiste à un stade précoce. Dans le cas contraire, il se peut que les jeunes prennent l’habitude d’éviter les situations difficiles ou celles dans lesquelles une crise de panique pourrait se révéler embarrassante, et que le trouble panique évolue en maladie chronique en l’absence de traitement.

Faire un don