Entrée à l’école

Les élèves de première année primaire doivent s’habituer à la routine scolaire

Le premier jour d’école, l’euphorie est souvent grande. Mais après la rentrée vient le quotidien de l’école. Les journées sont structurées, l’apprentissage ne se fait pas tout seul et il faut satisfaire des attentes. Voici comment les parents peuvent accompagner leur jeune écolière ou écolier avec compréhension.
Image
Des enfants discutent et jouent ensemble dans la cour de l’école.

La rentrée scolaire implique une nouvelle routine quotidienne. Mais il faut un certain temps pour que celle-ci s’installe et cette phase est souvent associée à des moments de stress. Ne vous laissez pas déstabiliser. Prenez le temps de trouver votre nouveau rythme quotidien en famille!

Donner une structure à la vie familiale après la rentrée

Les enfants ont besoin d’un quotidien bien structuré. Le fait que les parents travaillent, qu’ils vivent séparément ou qu’il y ait des frères et sœurs plus petits ou plus grands, tout cela influence l’organisation des journées. La vie quotidienne est différente dans chaque famille. Quelle que soit la manière dont vous vous organisez, il est essentiel que la journée soit divisée en périodes d’apprentissage, de repos et de loisirs, et ce dès le début de la première année primaire. Assurez-vous que votre enfant mange régulièrement et sainement et qu’il dort suffisamment.

Les enfants ont besoin de temps pour eux, pour entretenir des amitiés, se laisser aller à des rêveries, appréhender la nouveauté par le jeu et, de temps en temps, tout simplement ne rien faire.

Les heures que votre enfant passe en dehors de l’école sont très importantes. Les enfants ont besoin de temps pour eux, pour entretenir des amitiés, se laisser aller à des rêveries, appréhender la nouveauté par le jeu et, de temps en temps, tout simplement ne rien faire. Par conséquent, accordez ce temps libre à votre enfant et ne le remplissez pas entièrement d’activités de loisirs. Même si l’offre de cours est immense et très tentante, demandez-vous si deux entraînements de hockey ou de football par semaine ne sont pas trop pour votre fille ou votre fils. 

Une place de travail calme pour les devoirs

Les devoirs font aussi partie du quotidien scolaire. Selon le concept de l’école, les devoirs sont effectués à l’école ou à la maison. Dans tous les cas, l’enfant a besoin à la maison d’un endroit où il peut apprendre sans être dérangé. Il est important qu’il dispose d’une bonne source de lumière, d’un siège confortable et de suffisamment d’espace. Et il ne faut pas oublier que les élèves de première année primaire ont particulièrement besoin de la proximité de leurs parents ou d’une personne de référence familière pour se sentir bien, être rassurés. Il est donc possible que votre enfant préfère apprendre à la table de la salle à manger ou de la cuisine plutôt que dans sa chambre. En fonction de la situation, vous pouvez décider ensemble de ce qui est le mieux.  

Félicitez votre enfant pour ses efforts et laissez-le profiter de son temps libre après ses devoirs. Une pause, un bon goûter, bouger à l’extérieur, jouer avec ses frères et sœurs et ses ami·e·s ou écouter une histoire que vous lui racontez: tout cela lui permettra de se détendre.

Trouver sa place dans un groupe prend du temps

Un nouveau lieu, une nouvelle classe, quelques visages familiers et beaucoup de nouveaux visages. Il faut du temps et de l’empathie avant qu’un groupe ne se forme à partir de toutes les personnalités des enfants et de celle de l’enseignant·e, qu’il fonctionne comme un tout, tout en acceptant les individus avec leurs particularités. Se sentir à l’aise et accepté·e dans la classe est indispensable pour aimer aller à l’école. Ne pas avoir d’ami·e·s ou se sentir différent·e peut avoir un effet négatif sur la motivation.

Parfois, il faut un peu de temps et de patience pour que votre fille ou votre fils se sente à l’aise. Peut-être que votre enfant est tellement absorbé par toutes ses nouvelles expériences qu’il n’est pas encore prêt à s’ouvrir à de nouveaux contacts au début. 

Réagir aux difficultés 

Cela devient plus difficile quand on ne se fait pas facilement des ami·e·s ou que l’on subit des moqueries sur le chemin de l’école ou dans la cour de récréation.  Même si c’est ce que vous voudriez: tous les désagréments ne peuvent pas toujours être éliminés. Votre enfant doit apprendre à relever lui-même un certain nombre de défis du vivre ensemble.

Toutefois, si les petits soucis deviennent de gros soucis, vous devez faire preuve de vigilance. Essayez de savoir ce qui préoccupe votre enfant: est-il la cible de moqueries ou de harcèlement en classe, à la pause ou sur le chemin de l’école? Se sent-il dépassé par l’école ou les devoirs? Ou a-t-il l’impression au contraire de ne pas être suffisamment sollicité? Peut-être a-t-il un problème avec son enseignant·e ou avec le style d’enseignement? Si la situation ne s’améliore pas dans un délai raisonnable, essayez de discuter avec l’enseignant·e. Si vous ne parvenez pas à trouver une solution ensemble, il peut être utile de parler à la direction de l’école, à la/au pédiatre, au médecin scolaire ou à un service psychologique pour enfants et adolescent·e·s.

Conseils pour les parents

  • Veillez à ce que la rentrée se passe de manière détendue et à ce que la routine quotidienne soit bien structurée. Évitez toute agitation inutile dans la famille et veillez à ce que votre enfant ait suffisamment de temps pour lui après l’école. 
  • Les élèves de première année primaire ont besoin de beaucoup de temps et d’attention au début. Apportez à votre enfant un sentiment de bien-être et de sécurité et profitez des moments passés ensemble. 
  • Le passage à un nouveau niveau scolaire peut être exigeant pour votre enfant en début d’année scolaire. Restez patient·e et demandez-lui comment il se sent. De cette façon, vous saurez plus rapidement si quelque chose ne va pas et pourrez identifier où sont les difficultés. 
  • Même si votre enfant fait la plupart de ses devoirs à l’école, il a besoin d’un lieu de travail calme et bien équipé à la maison. 
  • Montrez que vous comprenez que l’école n’est pas toujours synonyme de plaisir et que l’apprentissage n’est pas toujours facile. Pour aider votre enfant, vous pouvez par exemple lui raconter comment vous avez vécu votre propre scolarité.  
Image
Messages aux parents 4-6 année.

Guides Messages aux parents

Ce texte est un extrait du Message aux parents 35 «La “grande” école – 3e Harmos».

De nombreuses communes offrent les Messages aux parents

Pour la naissance du premier enfant, de nombreuses communes et villes offrent aux jeunes parents un abonnement aux Messages aux parents de Pro Juventute. Certaines communes limitent ce cadeau à la première année de l’enfant, tandis que d’autres offrent les Messages aux parents jusqu’à six ans. l Vérifiez si votre commune de domicile finance les Messages aux parents.

Entrez votre code postal et sélectionnez votre lieu de domicile dans la liste.

Faire un don