Développement et Santé

Ni «bon» ni «mauvais», mais normal!

En développant leur personnalité, les jeunes enfants essaient de voir jusqu’où ils peuvent aller. Ce faisant, ils se heurtent également à des limites. Pour s’occuper de jeunes enfants têtus et capricieux, imagination, souplesse, empathie et compréhension sont de mise.
Image
Quand les enfants disent toujours non. Les enfants doivent apprendre à composer avec les limites.

Votre enfant doit désormais beaucoup «pratiquer»: vous entendez cent fois par jour «Non» et «Veux pas!». Il ne le fait pas pour vous agacer, mais c’est ainsi que les jeunes enfants développent leur personnalité. Alors à qui ou à quoi servirait-il de punir l’enfant pour qu’il apprenne à obéir? Inutile de le forcer à s’excuser parce qu’il «désobéit». Il le fait parce que cela fait partie de son développement. Les possibilités et les limites doivent être testées. Il arrive donc que votre enfant dise «non» à chaque occasion possible et imaginable, qu’il s’en aille quand vous l’appelez, qu’il n’ait pas faim quand il doit manger, etc. 

Réactions de défiance en public

Désormais, l’enfant réagit de plus en plus souvent avec défiance, et ce également en public, en faisant les courses et dans le tram, le bus ou le train. Dans de telles situations, vous sentez peut-être les regards irrités de vos semblables sur vous, ou vous entendez même des gens qui ressentent le besoin de faire un commentaire ou une suggestion. Dans cette situation déjà difficile en soi, vous devenez nerveux, vous perdez le rapport nécessaire avec l’enfant et vous commencez à le gronder (bien que vous ne le vouliez peut-être pas), ce qui a généralement pour effet d’empirer les choses.

Fixer des limites

Avec les jeunes enfants têtus et capricieux, l’imagination, la flexibilité, l’empathie et la compréhension sont nécessaires dans la vie quotidienne. Mais cela ne signifie pas pour autant que vous devez systématiquement céder à votre enfant: il veut tester sa volonté et voir jusqu’où il peut aller. Il apprend à se connaître lui-même et ce dont il est capable. Mais en même temps, il observe aussi ses parents et la résistance qu’ils lui opposent. Les limites procurent une sécurité à votre enfant. Il apprend à se positionner au sein de la communauté. Il convient donc de prendre les défis de votre enfant au sérieux, de ne pas vous moquer de lui et de ne pas le laisser vous provoquer. Fixez des limites là où elles sont nécessaires et raisonnables, et ne vous engagez pas dans des luttes de pouvoir éreintantes.

Quand des limites sont-elles nécessaires?

  • Dans des situations dangereuses dans lesquelles l’enfant risquerait de se blesser ou de blesser d’autres enfants.
  • Si vous voulez protéger des objets qui ont de la valeur ou qui ne sont pas adaptés aux enfants.
  • Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas accéder aux exigences de l’enfant. Votre enfant doit apprendre à respecter vos besoins et vos habitudes.

Apprendre à supporter la frustration

Si votre enfant constate que ses actions sont soumises à des limites, cela peut aussi entraîner de la frustration. Si vous préférez ne pas fixer de limites par crainte d’une crise de colère, votre enfant manquera des expériences importantes. Les frustrations font partie de la vie de tout un chacun et donc aussi de celle de votre enfant. En tant que parents, vous devez appuyer et supporter les réactions qui en résultent, ce qui n’est pas toujours facile. 

Ce texte est un extrait du chapitre «Je suis «MOI!» du Message aux parents 19 Votre enfant a deux ans. Les thèmes «Parler et réfléchir», «Je suis «MOI!» et «Les parents ont aussi des besoins» sont – entre autres - traités dans le Message aux parents.

Commander Les Messages aux parents