Développement et Santé

La lolette – comment l’utiliser puis s’en passer

Les Conseils aux parents de Pro Juventute sont régulièrement interpellés par des mères et des pères qui souhaitent sevrer leurs enfants de la lolette. La conseillère Eveline Männel Fretz donne des conseils utiles sur l’utilisation de la lolette.
Image
Enfant avec lolette

Dans votre travail quotidien, vous vous penchez sur différentes préoccupations des parents. Quelle est l’importance de la lolette dans ce contexte?

Eveline Männel Fretz: «La question de la lolette est l’un des nombreux thèmes qui préoccupent les parents pendant les premières années de vie de leur enfant. La question se pose surtout à l’âge de deux à trois ans, généralement dans la perspective de l’entrée à l’école enfantine. Mais chaque situation, chaque famille est unique; alors de nombreux parents s’adressent aux Conseils aux parents de Pro Juventute pour discuter de leurs préoccupations spécifiques.»

Que conseillez-vous aux parents pour gérer la lolette?

«Il est important de ne pas en faire tout un plat. Dans certaines situations, la lolette est tout à fait judicieuse. Elle est souvent utilisée pour consoler l’enfant et l’aider à se calmer. Nombre d’enfants plus âgés ont encore besoin d’un animal en peluche pour s’endormir. En revanche, il me ne me paraît pas idéal de suspendre la lolette à une chaînette pour permettre à l’enfant de l’utiliser en permanence. Il vaut mieux lui attribuer une place bien définie et expliquer à l’enfant quand il peut l’utiliser. Par exemple dans son lit, pour s’endormir, pendant un trajet en voiture ou lorsqu’il est triste, fatigué ou malade. Ainsi, la lolette est utilisée pendant les moments calmes et disparaît pendant les périodes actives. Les parents font bien aussi de veiller à ce que l’enfant joue sans sa lolette.»

Existe-t-il un «bon» moment pour sevrer un enfant de la lolette?

«Oui et non. À partir du huitième mois, le réflexe naturel de succion diminue et la lolette n’est plus aussi souvent nécessaire. Pour favoriser cette évolution, les parents peuvent convenir avec l’enfant que la lolette reste dans une boîte à trésor pendant la journée, quand il joue ou pendant les repas. Lorsque les lolettes traînent un peu partout, les enfants les sucent par ennui ou par habitude. Lorsque l’enfant a deux ans, les parents peuvent lui dire que c’est formidable qu’un grand garçon comme lui ou une grande fille comme elle n’ait plus que rarement besoin de sa lolette.»

Doit-on vraiment intervenir, en tant que parent, pour que notre enfant délaisse la lolette? Ne devrait-on pas plutôt attendre qu’il s’en détache de lui-même?

«Il est peu probable qu’un enfant renonce de son plein gré à sa lolette – elle est si agréable et réconfortante dans les situations difficiles. Pour ne pas gêner le positionnement des dents, les dentistes recommandent d’arrêter la lolette à partir de trois ans. Il est important que l’enfant puisse s’en séparer progressivement, pour s’habituer à une vie sans lolette. Comme dans d’autres questions d’éducation, les enfants ont besoin de l’affection et de l’accompagnement de leurs parents pendant cette phase.»

Quelles idées créatives de sevrage proposez-vous aux parents?

«On peut miser sur des méthodes éprouvées ou développer ses propres idées. La méthode de l’échange, par exemple, a fait ses preuves: la fée des lolettes vient chercher la lolette pendant la nuit et dépose un petit cadeau sous l’oreiller de l’enfant. Le Père Noël ou le lapin de Pâques peuvent aussi échanger la lolette contre un sachet de friandises ou un panier de Pâques. De nombreux pédiatres reprennent les lolettes de leurs petits patients et leur offrent un jouet en échange. Autres idées: accrocher la lolette à un arbre à lolettes avec l’enfant. Rassembler les lolettes dans un colis qu’on expédie à une adresse «secrète». Puis le parrain ou la grand-mère envoient une surprise en retour de manière anonyme. Avec un peu d’imagination, les parents trouveront certainement des manières efficaces d’aider leur enfant à se séparer de sa lolette.»

Comment les parents doivent-ils réagir si l’enfant veut récupérer sa lolette après l’avoir rendue? Doivent-ils rester intransigeants?

«Oui, même si ce n’est pas facile. Respecter ses engagements constitue une étape importante du processus de sevrage. Il faut chercher avec l’enfant d’autres moyens de le consoler, le distraire et lui témoigner plus d’attention pendant cette phasedifficile. Il a peut-être aussi besoin d’explications. On peut lui dire par exemple que la sucette a besoin de repos, donc on lui donne un doudou ou une peluche.»

Certains parents renoncent simplement à la lolette. Quels sont les avantages et les inconvénients?

«L’un des avantages est bien sûr d’éviter les problèmes de sevrage de la lolette. Mais l’enfant conservera le réflexe de succion, car celui-ci répond à un besoin biologique, et il risque alors de sucer son pouce ou autre chose. La lolette n’est pas une mode de notre temps, elle a une longue tradition et constitue un meilleur choix que le pouce. Celui-ci est toujours à disposition, de sorte qu’il est plus difficile de cesser de le sucer. D’une manière générale, nous encourageons les parents à se fier à leur instinct, tenter plusieurs possibilités, quitte à faire des erreurs, et passer du temps avec leurs enfants.»

Conseils pour les parents

  • Tenter de limiter l’utilisation de la lolette à certaines heures ou périodes et veiller à ce que la lolette ne soit pas toujours à portée de l’enfant.
  • Donner à l’enfant le temps de se déshabituer progressivement. Mais se souvenir que la lolette n’est plus indiquée à partir de trois ans en raison du positionnement des dents.
  • Tenir ses engagements est un aspect crucial de la phase de sevrage.
  • Chercher des idées créatives pour aider l’enfant à se déshabituer de sa lolette de manière ludique. Être plus présent pour lui aide l’enfant à surmonter cette phase de réorientation.