Famille et Société

Un deuxième enfant?

Tôt ou tard se pose la question d’élargir ou non la famille. Lorsque l’enfant est âgé d’un an, de nombreux parents commencent à envisager un deuxième enfant. Réflexions sur la planification familiale après le premier enfant.
Image
Un jeune enfant caresse le ventre de sa mère enceinte.

La question de savoir si l’on désire ou non un deuxième enfant est complexe, et le moment idéal dépend d’un certain nombre de facteurs. Chaque couple doit répondre à ces questions individuellement. En supposant que l’on ait le choix. De nombreux parents aimeraient avoir une famille plus nombreuse, mais après le premier enfant, ce souhait est souvent écarté. D’autres veulent profiter pleinement de leur premier enfant et n’envisagent pas encore d’en avoir un deuxième. Bien sûr, il y a aussi des parents qui commencent à envisager un deuxième enfant lorsque le premier a environ un an.

Réflexions sur la planification familiale

Il existe d’autres considérations et réflexions associées à la question «Un deuxième enfant: oui ou non?». Certains parents ont toujours voulu avoir plusieurs enfants. D’autres décident consciemment de n’avoir qu’un seul enfant. Peut-être êtes-vous tellement engagé·e dans votre vie professionnelle et privée qu’un deuxième enfant ne s’inscrirait pas dans votre plan de vie. La situation de logement doit également être prise en compte, car un deuxième enfant peut nécessiter un déménagement. Les plans de carrière des parents jouent également un rôle. Et la question du budget n’est pas sans importance dans cette décision. 

Les enfants ont besoin d’enfants

Un enfant a absolument besoin d’autres enfants avec qui grandir: que ce soit avec des frères et sœurs ou d’autres enfants du voisinage, dans le groupe de jeu ou à la crèche, ils apprennent à considérer les autres, à relever ensemble les défis, à partager...

Quelle que soit la différence d’âge entre les frères et sœurs, une petite sœur ou un petit frère apporte des changements importants pour le premier enfant.

Envisager d’élargir la famille

Les raisons pour ou contre l’expansion de la famille sont nombreuses. Il est important que les deux parents expriment ouvertement leur opinion et ne se laissent pas mettre sous pression par de prétendues attentes sociales. De nos jours, le stigmate de «l’enfant unique» est dépassé. Les enfants qui grandissent sans frères ni sœurs ne sont pas forcément défavorisés et n’ont pas de moins bonnes compétences sociales. À l’inverse, les enfants qui ont des frères et sœurs ne sont pas forcément de nature plus sociale. Les parents ont une grande influence sur le développement de l’enfant.

Trouver le bon moment

S’il est possible d’avoir plus d’un enfant et que les deux parents sont d’accord pour en avoir un deuxième, la question du moment opportun finira probablement par se poser. Bien qu’il existe des théories sur la différence d’âge la plus favorable entre le premier et le deuxième enfant, chaque famille doit répondre personnellement à cette question. Il y a des avantages et des inconvénients à avoir des enfants nés à peu de temps d’intervalle et avec une grande différence d’âge. Si votre décision est déjà prise et que vous attendez un deuxième enfant, vous trouverez des conseils utiles dans l’article «Préparer l’enfant à un frère ou une sœur».

Changements pour l’enfant

Quelle que soit la différence d’âge entre les frères et sœurs, avoir une sœur ou un frère entraîne de grands changements pour le premier enfant. Il n’est plus tout seul et doit apprendre à partager l’amour et l’attention des parents. Les parents doivent accompagner le développement de la relation entre frères et sœurs avec compréhension et empathie, car l’amour entre frères et sœurs ne va pas automatiquement de soi. Les parents doivent eux aussi être préparés, car ils doivent désormais répartir leurs soins et leur attention entre deux enfants. Mais cela ne signifie pas pour autant que l’amour sera deux fois moins grand: au contraire, il va même probablement doubler.   

Image
Messages aux parents 2/3 année

Messages aux parents de Pro Juventute

Ce texte est un extrait du Message aux parents n°14 «Votre enfant a un an et deux mois».

De nombreuses communes offrent les Messages aux parents

Pour le premier enfant, de nombreuses communes et villes offrent aux jeunes parents un abonnement aux Messages aux parents de Pro Juventute. Certaines communes limitent ce cadeau à la première année de vie, tandis que d’autres offrent les Messages aux parents jusqu’à la sixième année. Vérifiez si votre commune de résidence finance les Messages aux parents.

Entrez votre code postal et sélectionnez votre lieu de domicile dans la liste.

Faire un don