Famille et Société

Éducation sexuelle et médias numériques

Il est important de parler de sexualité aux enfants dès leur plus jeune âge, même si cela peut demander un certain courage et embarrasser les parents. Les enfants éduqués sont mieux protégés contre les agressions sexuelles. Il vaut la peine d’avoir ces conversations.
Image
Une mère et sa fille discutent. Il est important de parler de sexualité aux enfants dès leur plus jeune âge.

Auteure: Sarah Reist
Spécialiste de la santé sexuelle, Santé bernoise

Ne vous inquiétez pas, les parents ne vont rien précipiter juste parce qu’ils parlent de sexualité à leurs enfants. Au contraire, les enfants éduqués en la matière sont mieux protégés contre les agressions sexuelles, les grossesses non désirées et les maladies sexuellement transmissibles. Mieux vaut donc s’y prendre le plus tôt possible. Les parents doivent avoir le courage d’entamer des conversations passionnantes, montrer de l’intérêt et rester en contact avec leur fille ou leur fils.

Les idéaux de beauté influencent fortement les jeunes, ils les remplissent de doutes et diminuent leur estime de soi. Cette thématique influence également le rapport à la sexualité et peut donc être abordée avec les jeunes.

Utiliser des situations du quotidien pour les conversations

Un article dans un journal sur le thème de la sexualité ou du sexting, une publicité ou un contenu pornographique à la télévision peuvent servir de point de départ à une conversation. Il est important que les parents demandent toujours l’avis de leur fille ou de leur fils. Ils peuvent aussi demander ce que ses camarades pensent. Une promenade à pied ou en voiture se prête particulièrement bien à de telles conversations car il n’est pas nécessaire de se regarder dans les yeux. Les jeunes donnent souvent l’impression qu’ils savent déjà beaucoup ou presque tout sur le sujet. Cependant, en posant des questions précises et en approfondissant le sujet, il devient évident qu’il s’agit surtout de connaissances partielles. Les jeunes d’aujourd’hui sont encore confrontés à des questions très similaires à celles que leurs parents se posaient lorsqu’ils étaient jeunes. S’il est trop difficile d’aborder le sujet, les parents peuvent être honnêtes et le dire. De cette façon, l’enfant apprend qu’il est possible de tenir compte de ses sentiments et de ses insécurités. 

Ce qu’il faut savoir sur la pornographie 

Parfois, les enfants entrent en contact avec des contenus sexuels dès leur plus jeune âge, que ce soit sur Internet ou par l’intermédiaire de camarades. Il est donc conseillé d’aborder cette question assez tôt. Par exemple, vous pouvez dire aux enfants qu’il y a des films sur Internet qui montrent des personnes faisant l’amour. Ces films sont faits pour les adultes et peuvent être romantiques, sauvages comme un film d’action ou même violents. Si les enfants ont vu des films ou des images qui les préoccupent ou les stressent, ils doivent savoir qu’ils peuvent en parler à leurs parents ou à un adulte de confiance. Sans éducation, les jeunes risquent de penser que le porno correspond à la vraie vie et que c’est ainsi que le sexe se déroule réellement. 

Les enfants éduqués sont mieux protégés contre les agressions sexuelles.

Il convient de mentionner que parfois, les émotions et les ressentis physiques sont en désaccord. Peut-être les jeunes trouvent-ils une scène mauvaise, voire rebutante, mais ressentent quand même une certaine excitation. Les parents peuvent rassurer l’enfant en lui disant qu’il s’agit d’une réaction physique normale et qu’elle n’est ni anormale ni perverse. 

Dangers du sexting 

Le sexting consiste à envoyer des textes au contenu sexuel ou des photos érotiques par téléphone portable. Les jeunes s’adonnent au sexting par curiosité, pour flirter, pour s’exciter ou pour faire plaisir à l’autre personne. Mais le sexting comporte aussi des dangers. Les photos peuvent rapidement tomber entre de mauvaises mains et être diffusées sans le consentement du jeune. Les victimes souffrent souvent énormément. Les parents devraient également aborder ce sujet avec leur enfant. De cette façon, ils lui apprennent non seulement à dire non, mais aussi à accepter un éventuel refus. Il est utile de discuter et d’échanger des exemples actuels provenant des médias. 

Victimes et auteurs

Les jeunes qui prennent une photo peuvent rapidement avoir des ennuis avec la justice. Lorsque des jeunes de moins de seize ans produisent des images de nus, cela peut être considéré comme de la pornographie enfantine. La victime souffre donc deux fois plus: d’une part, c’est gênant parce qu’une photo a circulé alors qu’elle était destinée à une seule personne et d’autre part, elle doit également faire face au fait qu’elle a enfreint la loi.

Opportunités et risques des médias numériques

Les médias numériques permettent aux jeunes d’échanger des informations rapidement et de manière anonyme. Mais la fébrilité d’Internet comporte des risques. Des images érotiques qui étaient destinées à une petite amie ou à un petit ami circulent soudainement dans le chat de la classe. Le soi-disant formidable garçon avec lequel une jeune fille a chatté s’avère être un homme plus âgé qui recherche des images pornographiques pour les diffuser (plus d’informations à ce sujet dans l’article Cybergrooming). Les parents ne sauraient trop insister auprès de leurs enfants sur le fait qu’il est difficile d’empêcher la diffusion d’images et de vidéos sur Internet. 

Conseils aux parents

  • Montrez de l’intérêt pour le monde des jeunes et abordez les sujets tabous. 
  • Discutez avec votre enfant des valeurs qui vous sont chères.
  • Faites savoir à votre enfant qu’il peut se confier à vous à tout moment, même si quelque chose d’embarrassant s’est produit. 
  • Indiquez à votre enfant des liens utiles, tels que Ciao ou Conseils + aide 147, ou donnez à votre fille ou à votre fils des informations à lire sur le sujet de la sexualité. Cela permettra à votre enfant d’avoir accès à des informations fiables.
  • Si vous ne savez pas comment aborder certains sujets avec votre enfant, demandez de l’aide auprès d’un service de conseil. Vous pouvez également obtenir des réponses à vos questions 24 heures sur 24 auprès du service Conseils aux parents de Pro Juventute.