Famille et Société

Idées pour bien passer cet hiver en famille malgré le coronavirus

La confiance retrouvée durant les mois d’été a à nouveau disparu. Le virus est toujours là et nous devons à nouveau nous limiter. Alors qu’il faut une nouvelle fois rester davantage à la maison en famille, comment parents et enfants vivent-ils la situation? Quelques idées pour aborder les semaines à venir avec plus de confiance.
Image
Une famille fait de la pâtisserie ensemble. Des idées pour l’hiver en période de coronavirus.

Comme le vent d’automne souffle sur les feuilles, la deuxième vague de coronavirus a balayé notre confiance retrouvée. L’élan qui nous poussait au printemps à faire le ménage, à bricoler ensemble ou à développer nos compétences culinaires a fait place à une certaine résignation assortie d’un manque d’énergie. À nouveau nous devons rester davantage à la maison et limiter nos contacts sociaux au minimum. Et qui plus est en hiver, une saison qui est déjà difficile pour de nombreuses personnes en temps normal. Cela génère de la peur, de la frustration ou de l’inaction. Nous devons maintenant faire preuve de patience envers nous-mêmes et envers notre entourage.

Prendre soin de ses relations avec les autres

Il se peut que l’on se sente comme un lion en cage parce que l’aspect solitaire du télétravail à 100% finit par nous peser. Que l’on rentre à la maison épuisé∙e après avoir dû porter un masque toute la journée au travail ou à l’école. Que les enfants aient peur de devoir bientôt rester à nouveau à la maison. Ou encore que les parents s’inquiètent parce qu’un membre de la famille ne se sent pas bien. Dans ce contexte, il ne faut pas grand-chose pour que l’ambiance bascule. Il est donc d’autant plus important que nous nous traitions les uns les autres avec le tact nécessaire, que nous nous écoutions et que nous riions ensemble. Même si la situation peut parfois nous faire perdre notre envie de rire, l’humour aide à surmonter bien des choses.

Se focaliser sur les petits bonheurs du quotidien

Il est normal que nous regrettions les choses que nous ne pouvons pas faire actuellement. Et pourtant, cela ne mène nulle part. Nous nous sentirons probablement mieux si nous nous concentrons au contraire sur tout ce qui nous reste. Par exemple sur le fait de pouvoir profiter de la nature, discuter avec nos voisin∙e∙s ou nous occuper de nos animaux domestiques. Sur le fait aussi que les outils numériques rendent la situation moins difficile, et que nous pouvons nous connecter les uns aux autres virtuellement et rester en contact.

Rendre le temps passé à la maison plus agréable

Essayons d’apprécier les quelques côtés positifs de l’hiver. On peut par exemple s’installer bien confortablement chez soi le soir, à la lumière de bougies. On peut aussi se donner rendez-vous de temps à autre au parc et se réchauffer avec une thermos de chocolat chaud ou de punch revigorant. Si l’on parvient à les ponctuer de petits moments chaleureux, les mois à venir paraîtront un peu plus doux. Voici quelques idées pour passer le temps ou penser à autre chose.

Afin de mieux faire face à l’incertitude actuelle, il est utile de s’appuyer sur les aspects positifs et d’apprécier encore plus les petits moments heureux du quotidien.

Faire un grand puzzle

Un puzzle en cours de réalisation exerce un certain attrait – on a toujours envie de s’y remettre pour le terminer. En famille, vous pouvez soit ressortir un grand puzzle que vous avez déjà, soit en trouver et en commander un nouveau avec beaucoup de pièces. Déterminez un coin de la maison ou de l’appartement où les pièces seront assemblées dès que vous le souhaiterez, jusqu’à ce que le travail commun soit terminé. Seul, à deux ou en famille, faire un puzzle permet de s’amuser et de se distraire.

Calendrier de l’Avent familial

Cette année, pourquoi ne pas créer ensemble un calendrier de l’Avent familial. Tout d’abord, il faut déterminer conjointement si chaque membre de la famille est autorisé à choisir lui-même ce qu’il mettra dans le calendrier ou s’il y a certains critères à respecter. On peut décider par exemple de remplir le calendrier avec des activités, que l’on fera en famille le jour même. Par exemple cuisiner ensemble, faire une promenade en soirée avec des lampes de poche, jouer à «Hâte-toi lentement» ou au «Jeu des chapeaux», raconter une histoire, etc. Selon la taille de la famille, chaque personne doit apporter plus ou moins d’idées jusqu’à ce que toutes les portes, les enveloppes ou tous les petits sacs soient remplis.

Examiner les détails

Chaque membre de la famille photographie avec son smartphone, dans l’appartement, sur la terrasse ou dans le jardin, une toute petite partie d’un objet, d’une plante, d’un jouet ou encore d’un instrument. L’énigme doit ensuite être élucidée: il s’agit de bien regarder la photo et de deviner où elle a été prise et ce qu’il y a dessus. Chaque famille peut décider elle-même si le jeu consiste en une simple devinette ou si les points sont comptés pour savoir qui a le plus de réponses justes.

Hit-parade à la maison

Le karaoké permet de transformer tout de suite une soirée ennuyeuse à la maison en un moment plaisant. Chaque membre de la famille cherche une chanson et réfléchit à la façon dont le show doit se dérouler. Vous trouverez sur Internet de nombreux conseils d’organisation, des idées pour une soirée karaoké réussie et des chansons à chanter. Les artistes en herbe s’amuseront beaucoup.

Idées pour jouer avec les mots

Jouer avec les mots et avec la langue stimule l’imagination et est un moyen divertissant de passer le temps. Les possibilités sont nombreuses: on peut par exemple inventer des mots, créer de nouvelles expressions ou encore s’amuser avec des virelangues. Ou bien on peut se mettre à la chasse aux rimes. Si vous le souhaitez, vous pouvez noter les nouveaux mots et expressions et décider à la fin quelle est la création la plus drôle. Vous pouvez aussi les utiliser pour raconter des histoires à l’oral. Chaque famille décide de ses propres règles du jeu.

Inventer ensemble des histoires est aussi divertissant. Quelqu’un commence, parle pendant un moment et s’arrête soudainement au milieu d’une phrase. La personne suivante doit alors poursuivre l’histoire de manière fluide. Ou alors on pose la question «Que se passerait-il si...» et on réfléchit ensemble à ce qui se passerait s’il pleuvait des étoiles ou si l’appartement se transformait en péniche. Dès que l’imagination de chacune et de chacun se sera mise en branle, les idées seront probablement nombreuses. Si vous craignez que cela devienne interminable, vous pouvez limiter le temps de la phase de narration.