Famille et Société

Préparer l’enfant à l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur

Pour l’aîné·e, l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur représente un changement radical. C’est pourquoi il est important de l’impliquer pendant la grossesse. Suggestions pour préparer un jeune enfant à l’élargissement de la famille.
Image
Une mère regarde un livre d’images avec son enfant.

Pour un enfant en bas âge, la grossesse devient «tangible» quand le ventre de la mère commence lentement à s’arrondir. Même si sa taille augmente, il est difficile pour un enfant de comprendre qu’un petit frère ou une petite sœur est en train de grandir dans l’utérus. L’enfant ne sait pas encore ce qu’avoir un frère ou une sœur veut dire. Malgré tout, l’enfant ressentira d’emblée que quelque chose va changer. Il réagira d’une manière ou d’une autre, même s’il n’a pas été initié au «secret». 

Faire participer l’aîné·e

La participation est importante. Cela ne veut pourtant pas dire que l’enfant à naître doit devenir le centre des conversations familiales. Certains enfants ont toujours envie de parler du futur bébé  alors que d’autres manifestent peu d’intérêt. Il est important d’être attentif aux besoins de l’enfant. Les rituels mis en place avec votre aîné·e – par exemple la cérémonie du coucher – doivent absolument être préservés. Aussi bien pendant la grossesse qu’après la naissance.

Préparer la nouvelle vie de famille

  • Laissez votre enfant toucher votre ventre, l’écouter, sentir les mouvements du bébé.
  • À la crèche ou avec des amis ou des voisins qui ont eu un bébé, votre fille ou votre fils pourra se familiariser avec un nourrisson.
  • Un livre d’images consacré aux bébés permet déjà de répondre aux premières questions.
  • En jouant avec une poupée ou un animal en peluche, votre enfant peut se préparer à l’arrivée du petit frère ou de la petite sœur. Donnez un nom à la poupée et incluez-la dans la vie quotidienne de la famille.
  • Laissez votre enfant vous aider à ranger les affaires du bébé, à préparer le berceau ou à ressortir la poussette. 

Soulagement pour la mère et l’enfant

De nombreuses femmes ressentent le besoin de se reposer davantage dans les dernières semaines de la grossesse. Il peut être utile d’organiser une garde supplémentaire pour l’aîné·e afin qu’elle ou il profite d’une prise en charge chaleureuse pendant que la mère s’accorde un peu de temps pour elle.

L’idéal serait que le père puisse rester à la maison avec l’aîné·e après la naissance. De cette manière, le changement ne sera pas trop abrupt. Même si le congé paternité n’est pas pris en une seule fois, il est souhaitable que la famille puisse vivre la nouvelle situation ensemble. Si cela n’est pas possible, l’enfant peut peut-être être gardé à la maison par une personne qu’il connaît bien pendant l’absence de sa mère. 

La participation est importante. Cela ne veut cependant pas dire que l’enfant à naître doit devenir le centre des conversations familiales.

La famille va bientôt s’agrandir

Comme pour le premier enfant, une nouvelle naissance va changer la vie familiale. Beaucoup de parents maîtrisent aisément la nouvelle situation dans le sens de: «Maintenant, ils seront simplement deux et plus un seul à nous tenir en haleine.» D’autres doivent se réorganiser avec leur aîné·e. Ne stressez pas inutilement, il n’existe pas de formule magique. 

Les habitudes rassurent

Si votre aîné·e va à la crèche, il ou elle n’en aura peut-être plus envie après la naissance du petit frère ou de la petite sœur. Parlez-en avec les personnes qui s’en occupent, mais continuez d’envoyer votre enfant à la crèche comme d’habitude. La vie quotidienne habituelle apporte une stabilité supplémentaire.

Image
Messages aux parents 2/3 année

Messages aux parents de Pro Juventute

Ce texte est un extrait du Message aux parents n°14 «Votre enfant a un an et deux mois».

De nombreuses communes offrent les Messages aux parents

Pour le premier enfant, de nombreuses communes et villes offrent aux jeunes parents un abonnement aux Messages aux parents de Pro Juventute. Certaines communes limitent ce cadeau à la première année de vie, tandis que d’autres offrent les Messages aux parents jusqu’à la sixième année. Vérifiez si votre commune de résidence finance les Messages aux parents.

Entrez votre code postal et sélectionnez votre lieu de domicile dans la liste.

Faire un don