Famille et Société

Lire des histoires aux enfants est-il encore dans l’air du temps?

Depuis longtemps, les parents lisent des histoires à leurs enfants. À l’ère de la numérisation, lire des histoires à voix haute n’est-il pas démodé? Un aperçu montre quelles compétences sont développées lors de l’immersion dans d’autres univers et pourquoi la lecture à voix haute doit rester importante.
Image
Un père lit à ses deux enfants une histoire avec un livre d’images.

Les enfants aiment s’installer confortablement et écouter une histoire. Si les personnages se retrouvent dans une situation dangereuse, ils se blottissent alors contre les parents. S’il se passe quelque chose de drôle, tout le monde éclate de rire. Quand un enfant est plongé dans une histoire, il s’implique émotionnellement. Il s’intéresse, s’identifie à certains personnages et partagent leurs sentiments. Les voyages imaginaires stimulent l’imagination et rapprochent enfants et personnages. 

Développer différentes compétences

Mais la lecture d’histoires n’est pas seulement importante pour le bien-être. Écouter aide également l’enfant à développer des compétences qui lui faciliteront l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Suivre une action demande de la concentration et présuppose que l’enfant puisse comprendre les interactions. Les textes simples et courts lui permettent de développer lentement cette compétence. Souvent, des termes lui sont encore inconnus et doivent être expliqués. Certaines études scientifiques révèlent que les enfants auxquels les parents ont souvent lu des histoires ont plus de facilité à lire et à écrire. 

Une pierre angulaire de l’éducation

En lisant régulièrement des histoires, les parents apportent une base solide à l’éducation de leur enfant. Cela vaut donc la peine de prendre le temps de le faire. Si l’enfant sait déjà lire un peu, il peut regarder aussi avec intérêt dans le livre et découvrir de temps et temps des mots qu’il connaît. Et comme les histoires sont souvent illustrées, il peut apprendre beaucoup de choses en regardant. Cela fournit de nombreuses occasions de poser des questions à l’enfant et de l’inciter à réfléchir. 

En lisant régulièrement des histoires, les parents apportent une base solide à l’éducation de leur enfant.

Commencer tôt à lire des histoires

De nombreux parents se demandent quand commencer à lire des histoires. Il n’existe aucune règle fixe, mais on ne commence jamais trop tôt. Dès l’âge de deux ans au plus tard, les enfants peuvent suivre une intrigue. Faut-il raconter les histoires d’abord librement ou les lire dans un livre? Cela dépend de l’intérêt et de la capacité d’attention de l’enfant. L’alternance entre la langue parlée et la langue écrite est également attrayante et judicieuse. L’utilité de la lecture d’histoires est évidente si les adultes font l’effort de se souvenir. Les histoires entendues dans l’enfance restent en général gravées dans la mémoire. 

Livres à toucher

Bien que les eBooks soient de plus en plus populaires, les livres imprimés restent bien présents dans la vie des enfants. L’enfant comprend rapidement que les livres et la lecture d’histoires vont de pair. Il va souvent, empli d’espoir, sortir lui-même un livre de la bibliothèque. Mais nous n’avons pas toujours le temps de lui lire une histoire. L’enfant est alors heureux de feuilleter lui-même le livre, de regarder les images et de découvrir certains détails des dessins. Il est donc préférable de ne pas remplacer les livres d’images classiques par des eBooks, mais de les utiliser en plus. 

Les livres audio comme complément

Les livres audio permettent également aux enfants de s’immerger dans d’autres univers et d’acquérir diverses compétences. L’enfant apprend également à écouter. Il peut même avoir besoin d’une plus grande capacité de concentration car ils n’entend qu’une voix et ne voit pas la narratrice ou le narrateur. Seul ou avec ses frères et sœurs ou ami·e·s, l’enfant suit une intrigue et s’identifie à certains personnages. La narration stimule et développe son imagination. Certaines histoires peuvent également influencer les jeux de l’enfant. Malgré de nombreuses similitudes, les livres audio ne devraient que venir compléter la lecture d’histoires, et non la remplacer.

Stimuler la réflexion avec des questions

Contrairement aux livres audio ou histoires lues en ligne, écouter une histoire à la maison permet à l’enfant de poser des questions quand il ne comprend pas. Ou la personne qui lit pose des questions pour s’assurer que l’enfant comprend le déroulement de l’histoire. Peut-il expliquer ce qui s’est passé et comprend-il pourquoi le personnage principal réagit comme il le fait? Un échange très instructif qui contribue à une meilleure compréhension. 

Reprendre des thèmes propres à l’enfance

Les parents peuvent aussi utiliser les histoires pour évoquer des thèmes spécifiques qui préoccupent l’enfant. Celui-ci constate alors qu’il n’est pas le seul à avoir peur du noir et que les autres enfants doivent aussi apprendre à devenir courageux. 

Conseils aux parents

  • Donnez à votre enfant un accès au monde des histoires. La lecture d’histoires apprend à votre enfant à écouter et à suivre le déroulement d’une intrigue. Elle lui permet également d’enrichir son vocabulaire. Vous lui offrez ainsi une base essentielle pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.  
  • Choisissez des histoires et des livres d’images qui correspondent aux intérêts de votre enfant. Faites participer votre enfant au choix de l’histoire ou du livre d’images. 
  • Donnez à votre enfant des livres imprimés et considérez les ebooks comme un complément.  
  • Faites de la lecture d’histoires un rituel familial. Installez-vous confortablement et veillez à ce que ces moments partagés deviennent très précieux dans votre vie quotidienne. Et – profitez pleinement de ces moments. 
  • Aimez-vous aussi écouter des histoires? Alors écoutez de temps en temps un livre audio avec votre enfant. Cela crée aussi des moments d’intimité et permet des échanges stimulants. Et parlez ensuite ensemble de ce qui était particulièrement drôle, triste ou dangereux. Ou demandez à votre enfant ce qu’il a préféré et pourquoi.