Famille et Société

Parler de la mort aux enfants

Lors d’événements tragiques comme un décès, on a tendance à vouloir protéger les enfants afin de ne pas bouleverser leur petit monde. Si vous évitez d’évoquer la mort avec vos enfants, voire passez un décès sous silence, vous les privez de la possibilité de catégoriser leurs expériences et de faire leur deuil à leur manière.
Image
Famille devant la tombe

 

    En cas de décès, de nombreux parents ne savent ni s’ils doivent en parler à leurs enfants, ni comment le faire. Ils préfèreraient tenir leurs enfants à l’écart de tout ce qui touche à la mort. Pourtant, en parler est essentiel. Les enfants sentent immédiatement que quelque chose cloche, ou que leurs parents ne vont pas bien. Si vous ne leur dites pas ce qui se passe, ils ne peuvent pas mettre les événements en perspective et se faire leur propre opinion. Cela peut engendrer de l’anxiété, car leur interprétation des événements peut s’avérer beaucoup plus effrayante et pénible que la réalité.

    Comment parler d’un décès à un enfant?

    Il faut garder les points suivants en tête lorsque vous parlez à des enfants:

    • Informer les enfants avec honnêteté de ce qui s’est passé est une bonne chose.
    • Les euphémismes tels que «il s’est endormi», «elle nous a quittés», etc. pour décrire la mort doivent être évités. Les très jeunes enfants surtout ne comprennent pas le caractère symbolique de ces formules et peuvent développer des angoisses.
    • Évoquer la nature définitive de la mort, c’est-à-dire que le défunt ne reviendra jamais, est une bonne chose. Cela favorise le processus de deuil.
    • Les questions des enfants au cours de la conversation vous guideront pour répondre à toutes les questions. Vous pouvez le dire franchement quand vous n’avez pas de réponses.
    • Laisser parler ses propres sentiments et ceux de l’enfant est bénéfique, de même que transmettre de l’espoir et un sentiment de sécurité aux enfants.
    • Comme les enfants ont tendance à se sentir responsables de tout, il est important que vous abordiez leur éventuel sentiment de culpabilité. Vous pouvez les rassurer en leur disant qu’ils n’ont aucune responsabilité dans la mort du défunt.
    • Il est inutile d’obliger les enfants à parler, il suffit de leur dire qu’ils peuvent le faire à tout moment.

    Comment les enfants font leur deuil

    La façon dont les enfants comprennent la mort dépend de leur stade de développement. Les enfants font leur deuil autrement que les adultes. Leur deuil n’est pas continu, il se produit par intermittence. Leurs sentiments changent en permanence. Comme ils le vivent de manière discontinue, leur deuil peut durer plus longtemps que pour les adultes. De plus, les enfants disposent de compétences limitées pour verbaliser leurs sentiments et pour supporter des émotions pénibles sur une très longue période. C’est pourquoi ils ont besoin de formes d’expression adaptées à leur âge pour dire leur tristesse et pour la taire (p. ex. possibilités de jeu et de distraction). Chaque enfant est différent, et il est important de le laisser vivre son deuil à sa façon.

    Comment puis-je aider un enfant endeuillé?

    • Le mieux est de ne rien changer à la routine quotidienne et de fixer des structures et des limites claires. Cela permettra à l’enfant de se sentir en sécurité.
    • Ce dernier a besoin d’attention, et il ne faut pas hésiter à lui montrer vos sentiments. Il saura ainsi qu’il est normal d’être triste et de dévoiler ses émotions.
    • Le mieux est d’intégrer l’enfant dans les prises de décision. Cela renforce le sentiment de contrôle et réduit le sentiment d’impuissance.
    • L’enfant doit pouvoir assister aux funérailles si tel est son souhait. Il peut être utile qu’il soit accompagné et pris en charge par une personne de confiance moins impliquée dans le deuil.
    • L’enfant peut peindre, sculpter, jouer, etc. pour mieux assimiler ce qu’est la mort et exprimer son ressenti.
    • Il doit également avoir la possibilité de dire au revoir.

    Quels sont les rituels d’adieu pour les enfants?

    Les rituels peuvent soutenir la phase d’adieu et la gestion des sentiments négatifs. Il est important que les enfants soient accompagnés. 

    • Décorer le cercueil ensemble, peindre, dessiner ou coller quelque chose dessus.  Dessiner à la craie sur le cercueil
    • Toucher le défunt une dernière fois ou lui dire au revoir
    • Écrire une lettre d’adieu au défunt ou lui faire un dessin et les placer dans le cercueil
    • Lâcher un ballon auquel est attaché un message au défunt
    • Confectionner ensemble un livre de souvenirs ou une boîte à mémoire (où vous placez des objets tels que «mes souvenirs préférés» ou écrivez «ce que vous vouliez encore dire»); dans ce contexte, l’album de souvenirs «Ich habe dich im Herzen», de Petra Jenni-Furrer est idéal (en allemand)
    • Lire à voix haute aux enfants des livres sur la mort et les adieux

    Où puis-je obtenir de l’aide?