Famille et Société

La capacité d’attendre: comment les enfants résistent à l’appel de la consommation

Mon fils veut un nouveau jeu vidéo, ma fille le nouveau smartphone. La vie dans une société de consommation incite à vouloir satisfaire ses désirs immédiatement. De nouveaux besoins sont constamment créés par les messages publicitaires. Mais être capable d’attendre et de différer un désir est une aptitude importante que nous devrions cultiver et transmettre à nos enfants.
Image
Comment les enfants apprennent à résister aux tentations et à pratiquer l’attente.

 

 

Chaque jour, nous sommes inondés de publicité sur différents canaux. Les enfants sont eux aussi devenus depuis longtemps un groupe cible important de la publicité, et ce pour deux raisons: parce qu’ils influencent les achats de leurs parents et parce qu’ils dépensent eux-mêmes de l’argent.

L’influence de la publicité

La publicité joue avec nos émotions et nous promet de grandes aventures, des succès durables, une beauté éternelle, un style cool, des vacances et des moments inoubliables. Même si nous ne voulons pas l’admettre, les efforts des annonceurs ne sont pas vains et nous influencent. Le message qui nous est transmis: on peut tout avoir ici et maintenant.

Résister aux tentations

Les jeunes enfants ont du mal à attendre. Cependant, avec l’âge et la pratique nécessaire, ils parviennent de mieux en mieux à différer un désir ou un achat. Pourtant, même les adultes ont parfois du mal à résister à l’impulsion de «vouloir quelque chose tout de suite». Les choses belles et positives exercent un grand pouvoir d’attraction auquel nous avons parfois du mal à échapper. La publicité nous suggère de profiter immédiatement d’une bonne affaire, par exemple parce que seuls quelques exemplaires sont encore disponibles. Un appel qui affecte notre comportement d’achat. Faute de passer à l’action, on rate quelque chose ou on est à côté de la plaque. Cela peut causer du stress chez les jeunes, qui se définissent souvent eux-mêmes à travers les biens de consommation au sein de leur bande.

Mais il est important d’être capable d’attendre, car non seulement les biens de consommation, mais aussi l’éducation, la réussite ou l’épargne sont rarement disponibles immédiatement. Beaucoup de choses exigent de la patience. Afin de pouvoir résister plus facilement aux tentations quotidiennes, une bonne estime de soi et la capacité à se contrôler sont d’une aide précieuse.

Comment les enfants peuvent-ils apprendre à attendre?

Il y a une cinquantaine d’années, le psychologue Walter Mischel a mis en place le fameux «test du marshmallow» pour étudier comment les enfants de quatre ans font face aux tentations. Chaque enfant pouvait choisir de manger une guimauve immédiatement ou attendre que l’adulte revienne et recevoir deux guimauves en guise de récompense. À travers un miroir sans tain, il a été observé que les enfants laissaient s’écouler un temps d’attente d’environ 15 minutes. Ceux qui parvenaient à attendre se distrayaient et développaient différentes stratégies: détourner le regard, faire disparaître la guimauve du champ visuel, repousser l’assiette ou faire des grimaces. Dans le cadre d’une expérience, on a demandé aux enfants de se représenter la guimauve comme une image. Les enfants ont immédiatement pu attendre plus longtemps, car il est bien connu que les images ne se mangent pas. D’autres stratégies fantaisistes et des pensées ludiques les ont également aidés à mieux supporter le temps d’attente.

Conseil pour les parents: enseigner la patience et le renoncement

La capacité à court-circuiter l’impulsion de «vouloir quelque chose tout de suite» n’affecte pas seulement notre comportement de consommation et nos achats impulsifs, mais elle est également perceptible lorsque nous apprenons, travaillons ou nous concentrons. Avec l’aide des adultes, les enfants peuvent acquérir de telles stratégies pour leur faciliter l’exercice de la patience et apprendre à renoncer à leurs désirs. Cela exige de la pratique et une certaine fermeté de la part des adultes, car ce n’est qu’en différant les demandes et les désirs des enfants que ces derniers peuvent pratiquer l’art de l’attente, et ce aussi bien pour les désirs matériels qu’immatériels.