Famille et Société

Quand la publicité impose des comportements aux filles et aux garçons

Les enfants doivent pouvoir s’épanouir sans distinction de sexe. Que les filles et les garçons n’aient pas les mêmes intérêts n’a aucune importance. Les différences ne posent des problèmes que lorsque les genres sont associés à des restrictions et des stigmatisations. Or le marketing genré mise de manière ciblée sur les différences entre les sexes.
Image
Le sexe est soumis beaucoup de stéréotypes. Ils existent même pour les enfants

Les garçons sont fonceurs, adorent l’aventure, aiment prendre des risques et tester leurs limites. Les filles sont communicatives, s’intéressent à la mode, veulent être jolies et passer du temps avec leurs copines. Ces affirmations sont-elles vraies ou s’agit-il seulement de clichés? En d’autres termes, les filles et les garçons sont-ils vraiment si différents? Le comportement d’un enfant est influencé par le sexe, mais aussi par l’éducation. C’est pourquoi on distingue le sexe biologique et le sexe social. C’est sur cette base que s’est établie la notion de genre. Le genre désigne le sexe social marqué par les influences extérieures. Ces dernières années, la recherche s’est penchée plus souvent sur la question des genres. Avec le marketing genré, la publicité mise de manière ciblée sur les différences entre les sexes. Jouets, chaussures, vêtements ou accessoires – la ségrégation sexuelle intervient très rapidement chez les enfants.

Le paradis des jouets est envahi de clichés

Les filles et les garçons font l’objet de stratégies marketing ingénieuses qui créent différents besoins. L’univers des filles est tout en rose, tandis que l’action et les super-héros dominent chez les garçons. Mais les parents souhaitent-ils que leurs enfants soient influencés par de tels clichés? Toute tentative d’éviter les stéréotypes est vouée à l’échec dès qu’on pénètre dans un magasin de jouets. Rares sont les filles attirées par le rayon des garçons, et inversement: il est probablement encore plus rare de rencontrer un garçon dans le paradis des filles. Et si un penchant quelconque allait dans ce sens, le garçon concerné remarquerait rapidement que sa présence n’est pas conforme aux rôles prévus. Les chemins sont donc bien tracés et les indicateurs très clairs: c’est par ici pour les filles typiques, par là pour les vrais garçons. Il est difficile de trouver des zones neutres en matière de genre dans les magasins de jouets. Les tricycles, trottinettes et vélos sont également caractérisés par le choix des couleurs. Cela permet d’empêcher insidieusement les échanges entre frères et sœurs. En effet, quel garçon veut se déplacer sur un vélo rose ou violet?

Ne pas tomber dans le piège des sexes

Mais toutes les petites filles ne souhaitent pas se promener habillées en rose, loin de là. Une fille peut préférer découvrir le monde dans la peau d’une exploratrice intrépide. Un fils peut refuser l’aventure et préférer rêvasser dans son univers imaginaire plutôt que de se défouler. Les parents devraient éviter le piège des sexes et ne pas diviser les comportements en catégories féminines et masculines. Même si la spécification des sexes n’est plus aussi rigide qu’autrefois, encourager les enfants en faisant abstraction de leur sexe n’est pas chose facile. Sans le vouloir, les filles éveillent souvent notre instinct de protection, tandis que nous encourageons plutôt les garçons à être courageux et audacieux. Mais les enfants doivent pouvoir faire leurs expériences indépendamment de leur sexe. Pendant l’enfance ou à l’adolescence, que les filles et les garçons n’aient pas les mêmes intérêts n’a aucune importance. Les différences ne posent des problèmes que lorsque les genres sont associés à des restrictions et des stigmatisations. C’est pourquoi il vaut la peine, par exemple lorsqu’on achète des cadeaux de Noël, de veiller à ne pas consolider inutilement les stéréotypes.

Ce que peuvent faire les parents – quatre conseils

  • La publicité vise de manière ciblée les filles ou les garçons. Il est important que les parents choisissent délibérément des offres neutres en matière de genre.
  • Pour éviter que les enfants soient prisonniers des clichés, des modèles de rôles variés peuvent leur permettre d’acquérir un large éventail d’expériences. L’attitude des parents contribue à éviter les jugements en matière de comportements, y compris si ces derniers ne sont pas considérés comme typiquement féminins ou typiquement masculins au sens traditionnel.
  • Les parents peuvent faire en sorte que les stratégies marketing ne renforcent pas les rôles stéréotypés qui réduisent le champ d’expérience de leur enfant.
  • Les enfants s’orientent en fonction de leur propre sexe. Si la diversité des rôles est vécue comme modèle, peu importe que les filles souhaitent être féminines et les garçons masculins.