Famille et Société

Quand les adolescent·e·s défient les parents

Est-il possible ou souhaitable d’élever des enfants sans se disputer? Que doivent faire les parents s’ils sont emportés par la colère et regrettent leur comportement par la suite? Quand les disputes sont inévitables, l’art consiste à se réconcilier. Tentatives de réponses à ces questions brûlantes.
Image
Une mère parle à des adolescent·e·s. Conseils pour gérer les conflits familiaux.

Les adolescent·e·s veulent être indépendant·e·s et ont besoin de liberté pour faire leurs propres expériences. Afin de façonner le vivre ensemble, il est nécessaire de définir des règles qui devront être adaptées ou modifiées en fonction de la situation. Bien que des accords soient conclus ou négociés conjointement, des frictions se produisent régulièrement et sont source de conflits

Exprimer sa colère

Il est possible que les jeunes soient agacé·e·s par les instructions de leurs parents. Ils font connaître leur colère en claquant les portes, en jurant ou en refusant le dialogue. Peut-être les parents parviennent-ils à faire face à de tels débordements avec calme, objectivité et compréhension. Toutefois, le comportement de l’adolescent·e peut être si exaspérant que les parents en viennent eux aussi à perdre leur sang-froid, se mettent en colère ou s’offusquent. Les mères et les pères ne réagissent pas non plus toujours comme des adultes raisonnables et sont souvent accablés par des sentiments de culpabilité à postériori. Personne n’aime se disputer, mais les conflits se produisent probablement dans toutes les familles.

La proximité est source de frictions

Un conflit indique que l’on est proche de son interlocuteur, car la proximité crée des frictions. La situation devient alarmante lorsque les disputes nombreuses empoisonnent l’atmosphère ou quand les querelles sont particulièrement intenses. C’est également un mauvais signe lorsque l’on ne parvient plus à se réconcilier et qu’il n’est plus possible de vivre et de partager de beaux moments ensemble. Il est donc important que les parents montrent à leurs enfants comment mettre fin à un conflit de manière constructive et comment se réconcilier.

Les conflits: révélateurs de faiblesses 

En se disputant avec leurs parents, les enfants sentent que ces derniers ne sont pas parfaits. Pour les adultes, c’est assez désagréable. Toutefois, prétendre que les parents devraient toujours rester calmes est une attente irréaliste et peu raisonnable. Les conflits dans lesquels l’un ou l’autre perd son sang-froid de temps à autre font partie de la vie de famille. On se sent alors attaqué ou blessé pour une raison quelconque. Afin de se protéger, on réagit en s’énervant et on se met à se défendre. La spirale commence déjà, et les discussions objectives ne sont plus possibles. Il convient alors de prendre de la distance et de déceler les raisons qui nous ont fait perdre notre sang-froid. Après une dispute, les parents doivent trouver un moyen de rétablir la paix. Il s’agit notamment d’aller vers les enfants et de prendre des mesures en vue de la réconciliation.

Le sentiment d’être traité injustement

Un conflit familial survient lorsque les parents ou les enfants estiment être traités injustement. Ces situations impliquent des sentiments d’impuissance, de colère ou la sensation d’avoir été blessé. En réalité, personne ne souhaite se disputer, mais chacun veut en même temps se défendre. Dans ces moments-là, les reproches arrivent facilement: Comment ma fille peut-elle être aussi ingrate? Mon fils ne voit-il pas mes bonnes intentions? Il est utile de réfléchir aux raisons de sa colère à postériori pour mieux connaître et nommer les points sensibles. Lorsque l’on vit ensemble, les divergences d’opinion sont inévitables. Le fait qu’un conflit en découle dépend des réactions de chacun. Il est parfois possible de mener des discussions à la fois engagées et passionnées sans que celles-ci ne donnent lieu à des disputes. 

La réconciliation a sa place

Après une dispute, les esprits peuvent mettre un certain temps à se calmer. L’éloignement physique aide par exemple à prendre de la distance intérieure. Une bonne culture du conflit consiste en partie à se réconcilier et à s’excuser lorsque l’on est allé trop loin. Les enfants qui sont témoins de la façon dont leurs parents réfléchissent à leur comportement et s’excusent sont plus disposés à remettre en cause leur propre comportement. Parfois, il faut un peu de temps avant de se rapprocher à nouveau. Si c’est trop demander, les parents peuvent également demander à l’enfant s’il sait ce qui l’a contrarié. Se réconcilier, c’est aussi laisser les vieux conflits derrière soi.

Conseils aux parents

  • Faites en sorte de retrouver votre calme. La plupart du temps, il est utile de prendre ses distances et, par exemple, de quitter la pièce, de téléphoner à quelqu’un, de se distraire.
  • Laissez à votre ado suffisamment de temps pour réagir.
  • Approchez votre ado dès que votre humeur est de nouveau normale.
  • Ne blâmez pas votre ado, mais essayez de comprendre pourquoi il se sent injustement traité.
  • Excusez-vous si vous avez été injuste ou si vous avez réagi de manière excessive.
  • Demandez de l’aide si la réconciliation échoue, si les querelles ne cessent pas ou si elles deviennent très violentes. Contactez le service Conseils aux parents de Pro Juventute. Des spécialistes sont à votre disposition 24 heures sur 24.