Développement et Santé

Consommation médiatique et santé des enfants

Quel est le temps d’écran considéré comme sain pour les enfants et les jeunes? À partir de quand est-il judicieux d’initier les adolescents aux différents médias numériques? Comment les accompagner au mieux? Rares sont les débats suscitant autant d’émotion que ceux qui ont trait à l’éducation des enfants et à la juste dose de consommation des médias numériques par les jeunes.
Image
Les parents déterminent le temps d’écran, Pro Juventute informe sur la consommation des médias chez les enfants.

Auteure: Dr Sarah Genner
Psychologue spécialisée dans les médias, coauteure de l’étude JAMES et de l’étude MIKE

Nombreux sont les parents qui s’interrogent sur la pertinence de laisser leur enfant devant un écran, sur le meilleur âge pour le faire et sur la durée d’écran à autoriser. Il est en principe recommandé d’appliquer la règle «3-6-9-12» préconisée par le pédopsychiatre français Serge Tisseron. Une règle qui prend en compte les étapes de la psychologie du développement de l’enfant dans l’éducation aux médias.

Le psychiatre accorde notamment de l’importance à la perception du temps et de l’espace que l’enfant développe entre 0 et 3 ans. Il suggère donc de ne pas mettre les enfants de moins de 3 ans devant la télévision. Serge Tisseron précise qu’entre 3 et 6 ans, les enfants développent leurs sens et leur motricité, entre 6 et 9 ans, leur comportement social, et entre 9 et 12 ans, ils découvrent la complexité de leur environnement. Ces étapes de leur développement sont primordiales et l’utilisation des médias peut les entraver. De ce fait, il propose de ne pas donner à l’enfant sa propre console de jeu avant l’âge de 6 ans, de ne pas l’initier à Internet avant ses 9 ans et de ne l’autoriser à accéder aux réseaux sociaux qu’à partir de son 12e anniversaire. Le programme national «Jeunesse et médias» préconise une approche similaire dans le guide pour parents «Compétences médiatiques – conseils pour utiliser les médias numériques en toute sécurité».

Quelle est la pertinence de la surveillance électronique de l’enfant?

Les discussions liées au rôle des téléviseurs ainsi que des smartphones et tablettes utilisés comme «baby-sitters» sont toujours très vives, au même titre que celles portant sur l’utilisation d’outils numériques par les parents pour la surveillance des enfants, que ce soit par le biais d’appareils tels que le «Fröschli», qui transmet aux parents les données de localisation de leurs petits sans téléphone portable, ou de logiciels capables d’enregistrer l’utilisation d’Internet par les jeunes sur l’ordinateur familial.

Les experts recommandent de respecter la sphère privée des enfants et de favoriser la confiance entre l’enfant et ses parents par le biais du dialogue plutôt que de recourir à la technologie.

Lien entre qualité du sommeil et utilisation des médias

En fonction de l’éducation médiatique ou de l’utilisation d’appareils mobiles connectés le soir, et de l’endroit où se trouvent ces appareils durant la nuit, les réseaux numériques ont un impact non seulement sur le sommeil mais aussi, par ricochet, sur les performances scolaires. En Suisse, 9% des élèves d’écoles primaires interrogés pour l’étude MIKE ont déclaré utiliser leur téléphone portable une ou plusieurs fois par semaine alors qu’ils sont censés dormir. Pour 72% des jeunes Suissesses et des jeunes Suisses, leur smartphone fait aussi office de réveil et 37% l’utilisent presque quotidiennement au lit.

Une équipe suisse de chercheurs a interrogé plus de 300 jeunes âgés de 12 à 17 ans sur leur utilisation nocturne des médias numériques. Leur étude a mis en évidence un lien entre l’utilisation intensive d’Internet et des médias numériques avant le coucher et un risque accru de troubles du sommeil et de symptômes dépressifs. D’autres études indiquent également des corrélations entre qualité du sommeil et utilisation des médias.

En retardant l’endormissement, l’utilisation exagérée des médias numériques en soirée affecte la capacité de concentration des enfants et des jeunes durant les cours et, par ricochet, impacte leurs performances scolaires.

Recommandations aux parents

  • Définissez des espaces et des tranches horaires hors connexion, par exemple à table lors des repas en commun, le soir dans la chambre à coucher, au volant lors des déplacements et à pied dans la rue.
  • La nuit, rechargez smartphones et tablettes à l’extérieur des chambres.
  • Aidez vos enfants à dormir suffisamment.
  • Vous pouvez suivre la règle «3-6-9-12» en ce qui concerne l’utilisation des médias.
  • Si vous utilisez des outils de surveillance électroniques, veillez à respecter la sphère privée de vos enfants. Il vaut mieux privilégier la discussion pour établir une relation de confiance.
  • Soyez conscient∙e du rôle de modèle que vous avez pour vos enfants.
  • Guide Compétences médiatiques pour les parents
  • Thèses de la CFEJ concernant l’impact de la transformation numérique sur les enfants et les jeunes
  • Livre ON/OFF sur les opportunités et les risques de l’accès permanent à Internet (en anglais)
  • Plateforme des compétences médiatiques de Pro Juventute