Famille et Société

Les enfants ont des droits

La Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant a été adoptée le 20 novembre 1989, et signée également par la Suisse en 1997. Depuis lors, notre pays est tenu de garantir le respect des droits de l’enfant. Mais ce n’est pas aussi simple …
Image
Quels sont les droits des enfants? Pro Juventute donne de l’information.

Le préambule de la Convention des NU relative aux droits de l’enfant stipule que «l’enfant, pour l’épanouissement harmonieux de sa personnalité, doit grandir dans le milieu familial, dans un climat de bonheur, d’amour et de compréhension». Mais qui définit la notion de bonheur? Peut-on dicter l’affection? Ou forcer les parents à aimer leur enfant? Le bonheur, l’amour et la compréhension sont essentiels pour l’enfant, mais ces notions ne sauraient être mesurées ou prescrites. Les droits énoncés dans la convention relative aux droits de l’enfant servent avant tout à définir des bases idéales permettant aux enfants de s’épanouir pleinement, en fonction de leurs besoins.

Connaître et comprendre les droits de l’enfant

Les enfants ont aussi droit au meilleur développement possible. Les enfants ont droit au respect de leur sphère privée et de leur dignité. Les enfants ont droit au jeu et aux loisirs. Les enfants en situation de handicap ont droit à des soins spéciaux et à une prise en charge adéquate. Les droits des enfants sont définis par 54 articles de la Convention des NU relative aux droits de l’enfant, mais il est souvent difficile de comprendre comment ces droits pourraient et devraient devenir réalité. De nombreuses institutions se sont penchées sur ce thème. Protection de l’enfance Suisse s’y consacre de manière approfondie et explique les bases des droits de l’enfant ainsi que les possibilités spécifiques de mise en œuvre, avec des exemples clairs, dans six contributions rédactionnelles des Messages aux parents de Pro Juventute.

Par exemple: les enfants ont droit au meilleur développement possible, mais comment faut-il se figurer cela? Le développement est défini par la Convention relative aux droits de l’enfant comme un processus ayant pour objectif de mettre en pratique tous les autres droits inscrits dans cette même convention. La notion de développement dépasse donc celle de la vie elle-même et englobe tant la personnalité que les dons ou les aptitudes morales, mentales et physiques de l’enfant, ainsi que son bien-être matériel. C’est le rôle important des parents que d’assurer et de soutenir de la meilleure façon possible le développement de leur enfant. Mais il est impossible de définir de manière générale de quoi il s’agit concrètement, au quotidien.

La petite Lara (8 mois) adore être dans l’eau. Chaque fois qu’elle prend un bain, elle rit et pousse des cris de joie. Ses parents aimeraient l’inscrire à un cours pour bébés-nageurs, mais l’offre locale est plutôt coûteuse et les horaires ne sont pas compatibles avec l’agenda de la famille. Aussi, les parents de la petite Lara lui achètent une pataugeoire et décident de se rendre aussi souvent que possible à la piscine.

Des cours pour bébés-nageurs ne sont certes pas indispensables au développement idéal d’un enfant. Mais l’enfant a besoin de parents ou de personnes de référence qui comprennent sa personnalité et ses préférences.

Quand des enfants expliquent les droits de l’enfant – une vidéo créée dans le cadre d’un atelier de vacances de Pro Juventute.

 

L’intérêt supérieur de l’enfant implique le respect de tous les droits de l’enfant

Lorsque les enfants jouissent de tous les droits énoncés, on peut avancer que leur « intérêt supérieur » est respecté. Agir dans l’intérêt supérieur de l’enfant implique notamment de cerner les besoins de l’enfant et de réagir en conséquence. Voici un exemple de ce que cela peut signifier:

Elisa (2 mois) pleure dans son petit lit depuis une demi-heure. Sa maman, qui l’avait allaitée puis avait changé ses couches avant de la mettre au lit, prépare maintenant un gâteau avec son frère Léo (3 ans). Celui-ci veut absolument mélanger les ingrédients seul, mais il est encore trop petit et a besoin d’aide. Comme Elisa pleure toujours, la maman va la prendre dans ses bras et Léo doit alors patienter. La maman revient finalement et, tout en berçant Elisa dans ses bras, aide Léo à finir son gâteau. Le bébé, qui avait manifestement besoin de sentir la présence de sa maman, s’est calmé et a retrouvé le sourire.

Les parents et les autres personnes de référence respectent intuitivement un grand nombre des droits de l’enfant, mais il vaut la peine d’en connaître et comprendre certains autres afin de pouvoir les promouvoir activement. Pour se familiariser avec les droits de l’enfant de manière ludique, on peut télécharger le jeu des droits de l’enfant.