Famille et Société

La rentrée scolaire

La rentrée scolaire est une étape majeure attendue avec impatience par toute la famille. Tout le monde espère que l’enfant aura des facilités à apprendre et que le plaisir d’aller à l’école lui restera. Il est aussi important que les enfants s’intègrent bien dans la classe et se fassent des ami·e·s.
Image
Père et fils vont à l’école ensemble. Conseils pour soutenir votre enfant dans ce nouveau départ.

«Je n’ai plus que trois fois à dormir avant d’aller à l’école», raconte fièrement Tim à sa grand-maman. Sofia et Emilie ont hâte également que l’école commence. Les deux jeunes filles ont fréquenté l’école enfantine ensemble et sont amies. David est timide de nature, et les nouvelles situations sont difficiles pour lui. 

Mélange d’enthousiasme et d’incertitude

Lorsque l’enseignante ouvre la porte de l’école le premier jour de classe pour accueillir ses nouveaux élèves, elle trouve devant elle de nombreux visages impatients. Ils reflètent différentes humeurs, mais aussi de l'incertitude. Avec leurs parents, les élèves attendent dans la cour de récréation jusqu’à ce qu’ils soient enfin autorisés à entrer dans le bâtiment de l’école. Les un·e·s bavardent avec insouciance, d’autres frétillent avec impatience et certains, plus calmes et introvertis, serrent la main de leur mère ou de leur père. Une certaine tension se fait également sentir chez les parents. 

Le premier jour de la rentrée scolaire 

Le premier jour d’école est important pour toute la famille. Après le cadre protégé de l’école enfantine, les élèves se sentent souvent un peu perdus dans le grand bâtiment de l’école. Il est donc préférable qu’ils soient introduits en douceur dans ce nouveau monde par les enseignant·e·s. Jusqu’à présent, les parents étaient autorisés à accompagner leurs enfants en classe le premier jour d’école. Le grand jour était alors immortalisé sur des photos et des vidéos, et l’excitation et la joie étaient partagées avec les enfants. Depuis que le coronavirus domine notre vie quotidienne, les parents, les grands-parents ou parrain et marraine se voient refuser l’accès au bâtiment de l’école. 

L’impact du coronavirus sur la rentrée scolaire

En raison du coronavirus, les parents devront probablement dire au revoir à leurs chérubins dans la cour de récréation cette année. Pour les enfants anxieux, cela pourrait s’avérer difficile. Afin de faciliter le lâcher-prise, les enfants doivent être bien préparés à ce passage à la maison. Les enfants des premières années du degré primaire sont fiers lorsqu’ils se sentent désormais perçus comme étant grands et indépendants. 

Premiers pas à l’école 

Il faut du temps, de la patience et de la compréhension avant que la vie scolaire quotidienne ne s’installe et qu’un sentiment d’appartenance communautaire ne se développe. Les enfants doivent d’abord s’habituer à la routine quotidienne, s’orienter dans une nouvelle classe et trouver leur place dans le groupe. Mais le quotidien scolaire ne se limite pas à la salle de classe, la cour de récréation représente aussi une terre inconnue.

Se familiariser avec la récréation

Selon le concept adopté par l’école, la récréation peut également se dérouler autrement que d’habitude. Il est possible qu’elle soit décalée afin que les enfants ne soient pas trop nombreux au même moment. Quoi qu’il en soit, les élèves plus jeunes ont besoin de temps pour s’habituer à cette nouvelle forme de récréation. Parfois, les élèves plus âgés sont réquisitionnés comme parrains et marraines et prennent les plus petits sous leur aile. Grâce à ces amitiés, les plus jeunes enfants sont initiés en douceur à la culture de la récréation. 

Moments difficiles et déceptions

Même si les enseignant·e·s accompagnent ce passage, la vie scolaire quotidienne est loin d’être exempte de conflits. Tôt ou tard, il y aura des moments difficiles et chaque enfant devra faire face à des déceptions. Les tensions en classe ou avec les ami·e·s en font partie. Les enfants changent en grandissant, et les amitiés d’enfants aussi. 

Grandir ensemble en communauté

Pour le bien-être et la réussite de l’apprentissage de chaque enfant, le climat de la classe et la cohésion au sein de la classe jouent un rôle essentiel. Bien que les amitiés soient importantes, elles ne peuvent être forcées. Comme pour les adultes, la sympathie et l’antipathie influencent les relations. À l’école, les enfants apprennent à suivre certaines règles et à se traiter mutuellement avec respect. Après tout, il est possible de s’entendre sans pour autant être des ami·e·s proches. 

Amitié sans engagement 

Les amitiés d’enfants sont souvent non contraignantes et servent un but précis: on habite proche l’un·e de l’autre, on poursuit les mêmes intérêts, on se complète et on profite mutuellement. Dans le cas des enfants plus jeunes, les amitiés sont spontanées, de courte durée et peuvent ne durer que le temps d’un jeu: «Je suis ta copine, donc je peux jouer avec toi.» Parfois, les parents s’inquiètent parce qu’ils ne sont pas forcément satisfaits du choix des ami·e·s de leurs enfants. 

Les opposés s’attirent

«Pourquoi Benjamin, de nature timide, a-t-il choisi le clown de la classe comme ami?», se demande sa mère en secouant la tête. Pourtant, les opposés s’attirent et l’enfant peut donc chercher exactement son contraire. Bien qu’Anna donne constamment des ordres à son amie Lorine, celle-ci se laisse faire, à la surprise de ses parents. Il est recommandé de faire preuve de sérénité en matière d’amitiés entre enfants. Les enfants remarquent que les amitiés les rendent plus forts et cherchent des allié·e·s avec lesquels ils peuvent jouer, rire, faire des bêtises et échanger des secrets. 

Conseils aux parents

  • Préparez votre enfant à la rentrée scolaire et réjouissez-vous ensemble de cette étape. Expliquez à votre enfant que vous devez lui dire au revoir à l’extérieur et que vous n’êtes pas autorisé∙e à entrer dans la classe à cause du coronavirus. 
  • Aidez votre enfant à surmonter ce nouveau départ, car la rentrée scolaire implique de nombreux changements. Il faut apprendre de nouvelles choses et nouer de nouveaux liens.
  • Chez les jeunes enfants, les amitiés ont souvent des fins bien déterminées et ne durent que peu de temps. Ce n’est qu’avec le temps qu’un lien affectif se crée entre ami·e·s.  
  • Il est important que votre enfant soit autorisé à choisir ses propres ami·e·s et que vous interveniez le moins possible dans ses amitiés.
  • Les enfants qui ont appris à approcher ouvertement les autres entrent plus facilement en contact avec leurs camarades. 

Une première version de ce texte a été publiée dans le magazine pour parents Fritz+Fränzi (en allemand).