École et Formation

Harcèlement sexuel durant l’apprentissage – que faire?

Que pouvez-vous faire si votre fille ou votre fils est victime de harcèlement sexuel au travail? Comment pouvez-vous soutenir votre enfant? Vous trouverez ici des informations sur ce qu’est le harcèlement sexuel, sur les indices qui peuvent vous permettre de savoir que votre fille ou votre fils est concerné∙e et sur les actions que vous pouvez mener ensemble.
Image
Certains jeunes sont victimes de harcèlement sexuel sur leur lieu de travail – quelles actions entreprendre?

Le harcèlement sexuel est un comportement de caractère sexuel ou un comportement fondé sur l’appartenance sexuelle, qui n’est pas souhaité par l’une des parties et qui porte atteinte à la dignité de la personne. Les blagues sur le sexe ou l’orientation sexuelle sont notamment à classer dans cette catégorie. Il peut s’agir de remarques désobligeantes ou de contacts fugaces que votre fille ou votre fils n’apprécie pas. Exposer quelqu’un à des images pornographiques de manière intempestive ou toucher les parties sexuelles secondaires de quelqu’un sans son consentement relève également du harcèlement sexuel.

Le harcèlement sexuel peut toucher tout le monde et ne dépend pas du sexe. L’intention de la personne qui harcèle n’est pas importante. Son comportement est considéré comme harcèlement sexuel s’il est perçu et ressenti comme tel. Peu importent les justifications de la personne qui harcèle, telles que «c’était juste pour rire», «je ne l’ai pas fait exprès» ou «je suis comme je suis». Si un comportement dérange, c’est que ce comportement n’est pas correct et votre fille ou votre fils a le droit que cela s’arrête!

Quels indices vous permettent de reconnaître que votre fille ou votre fils est concerné∙e?

Il se peut que votre enfant se confie à vous directement et vous parle ouvertement de ces incidents pénibles. Il se peut aussi que votre enfant relate ces incidents de manière indirecte, en disant par exemple «mon supérieur aime la proximité» ou «mon responsable de formation fait des réflexions idiotes», sans nécessairement entrer dans les détails. Quoi qu’il en soit, soyez vigilant∙e et prenez au sérieux les déclarations sur le harcèlement. Dans votre quotidien, aménagez des plages de temps communes propices aux échanges, aux discussions portant sur les soucis de tous les jours et sur les doutes en lien avec le travail. Posez des questions, dans la mesure du possible, afin de mieux cerner la situation.

Il se peut que votre enfant ne parvienne pas à en parler, qu’il ait honte ou qu’il ne sache pas comment cataloguer un comportement. Parmi les symptômes observables qui ont été signalés dans les cas de harcèlement sexuel, mentionnons les conséquences psychologiques autant que physiques: certaines personnes se sentent démotivées, désespérées, d’autres deviennent méfiantes ou se retirent de toute vie sociale et émotionnelle. Des troubles du sommeil, des états dépressifs ou de l’anxiété peuvent survenir. Une détresse respiratoire, des étourdissements ou des maux de tête sont d’autres signes révélateurs; il se peut aussi que votre fille ou votre fils soit plus fréquemment malade.

Si, pour des raisons que vous ne pouvez expliquer, vous voyez un changement dans le comportement ou la santé de votre enfant, abordez le sujet avec lui, avec précaution, et essayez d’en déceler l’origine. Si vous n’êtes pas certain∙e de savoir comment procéder, renseignez-vous auprès du service Conseils aux parents de Pro Juventute (téléphone 058 261 61 61).
 

Bureaux de conseil et services spécialisés

Comment vous et votre fille/fils pouvez lutter contre le harcèlement sexuel?

Malgré la peine que vous ressentez face à l’injustice que subit votre propre enfant, ne réagissez pas de façon irréfléchie lorsque vous prenez connaissance du harcèlement sexuel dont il est victime au travail. D’une part, il est essentiel que vous ne décidiez rien sans en parler à votre enfant et que vous n’agissiez pas de votre propre chef. Ceci pourrait engendrer d’autres conséquences indésirables pour lui. Ne perdez pas de vue que votre fille/fils est sur la voie de l’indépendance. C’est pourquoi il convient de la/le laisser prendre ses responsabilités tout en l’accompagnant avec attention: assistez-la/le dans ses actions concrètes et continuez à la/le questionner sur l’évolution de la situation. Durant cette phase de détachement, votre enfant se sent rassuré de pouvoir compter sur votre soutien. D’autre part, il peut aussi arriver que quelqu’un soit accusé à tort parce qu’on n’aime pas ce quelqu’un ou parce qu’on est en colère contre une personne dans le cadre du travail. Une réaction trop rapide pourrait porter gravement préjudice à la personne injustement accusée.

Quoi qu’il en soit, partagez vos réflexions avec votre enfant et n’agissez que s’il en émet le souhait. Parlez-lui des démarches envisageables et de leurs conséquences ou faites-vous conseiller ensemble.

Marche à suivre en cas de harcèlement sexuel

  • Prenez votre fille ou votre fils au sérieux lorsqu’elle/il se plaint de harcèlement sexuel sur son lieu d’apprentissage.
  • Il convient d’informer en droite ligne la personne qui a outrepassé les limites. Il est possible que votre enfant ait le courage de s’adresser directement à cette personne, en lui disant qu’il ne tolère pas son comportement et qu’elle devrait y mettre un terme.
  • Cela ne suffit pas? La personne continue? Conseillez tout d’abord à votre fille/fils d’éviter tout contact avec cette personne pour autant que la situation le permette. À compter de ce jour, il s’avérera nécessaire d’enregistrer et de documenter toutes les conversations et tous les incidents.
  • Il se peut qu’il y ait un service de médiation ou de conseil sur le lieu de travail. Vous ou votre enfant pouvez vous y rendre pour demander conseil.
  • Si une procédure interne à l’entreprise s’avère impossible, cherchez conseil auprès d’une autre instance. Chaque canton dispose de divers centres de consultation pour les victimes, de bureaux spécialisés ou de plateformes d’information (vous trouverez ci-dessous les liens vers ces adresses). Pro Juventute offre également un service de conseils aux enfants et aux jeunes ainsi qu’aux parents. Ces instances peuvent vous venir en aide ou vous diriger vers les services compétents.
  • Signalez éventuellement le ou les incidents aux supérieurs hiérarchiques. Dès que ces derniers sont mis au courant du cas de harcèlement sexuel, ils doivent prendre des mesures (et cela que vous le vouliez ou non).
  • Il est également possible de dénoncer la personne. En effet, pour le harcèlement sexuel, il existe des bases juridiques qui rendent un tel comportement sur le lieu de travail punissable.
  • Quoi qu’il en soit, qu’il s’agisse d’informer les supérieurs ou de porter plainte, demandez préalablement conseil et informez-vous des possibles conséquences liées à telle ou telle manière de procéder!