École et Formation

Pension: combien les apprenti∙e∙s doivent-ils payer à la maison?

De nombreux jeunes entament un apprentissage après les vacances d’été et touchent alors leur premier salaire. Dès lors, ils ne sont plus entièrement dépendants de leurs parents sur le plan financier. Cette étape vers la vie adulte soulève régulièrement la question de savoir si les apprenti∙e∙s doivent dorénavant payer une pension à leurs parents.
Image
Parmi les jeunes les apprentis gagnent un salaire jeunesse, combien doivent-ils payer à la maison?

Pour les jeunes, le début de l’apprentissage semble souvent représenter un pas vers la liberté financière. Mais ils constatent rapidement qu’un salaire d’apprentissage ne suffit pas pour vivre et n’est pas non plus à leur libre disposition.

Ce que dit la loi

En principe, le salaire d’apprentissage gagné par les jeunes leur appartient. Mais si un enfant touche un revenu régulier et vit chez ses parents, ceux-ci peuvent exiger de lui une contribution «équitable» à son entretien. C’est ce que prévoit le code civil suisse (art. 323 CC).

Cette «pension» correspond aux frais de gîte et de couvert. Il s’agit donc des dépenses encourues pour les repas, la lessive, le logement, etc. Le jeune est membre d’une communauté familiale, et un certain montant peut lui être demandé à ce titre.

La loi ne prescrit pas le montant de la pension. Celui-ci est laissé à la discrétion des parents, d’entente avec leur enfant. Budget-conseil Suisse propose différents modèles, y compris sur le thème qui nous occupe ici et qui peuvent servir de base de discussion pour fixer le montant de la pension. Les spécialistes recommandent une fourchette de 10 à 20% du salaire d’apprentissage.

Parler d’argent – pour tirer les choses au clair

Il est indiqué que les parents abordent la question des finances personnelles avec leur enfant avant le début de son apprentissage. Ils peuvent ainsi dresser en famille une liste des dépenses consenties pour l’enfant. Indépendamment du montant du salaire, les questions suivantes peuvent ensuite être abordées:

  • Quelles dépenses le salaire d’apprentissage doit-il couvrir (par exemple sorties, vêtements, téléphone portable, épargne)?
  • Quel montant le jeune doit-il payer à la maison (pension)?
  • Dans quelle mesure les parents participent-ils à certains frais (par exemple abonnement général, vacances, caisse d’assurance maladie)?

Lorsqu’un enfant entre au gymnase ou à l’université, il est également judicieux d’aborder la question des finances personnelles et des attentes réciproques en termes de responsabilités. Cela permet d’éviter les malentendus et de prévenir des différends. Pour les jeunes qui entrent au gymnase ou entament des études, un «salaire jeunesse» est approprié. Vous trouverez des informations complémentaires et des fiches de travail à ce sujet sur salairejeunesse.ch.