Médias et Internet

Pourquoi il est judicieux de parler de pornographie avec les jeunes

Lorsque les enfants et les jeunes surfent sur Internet, ils tombent tôt ou tard – volontairement ou non – sur des contenus pornographiques. Les parents peuvent difficilement les en empêcher, mais ils peuvent les aider à faire la distinction entre pornographie et sexualité.
Image
Tôt ou tard, chaque enfant est amené à regarder un film porno sur son téléphone portable.

Apprendre à connaître sa sexualité et son corps fait partie du développement des jeunes. À la puberté, le corps se transforme et les organes sexuels se développent. Ce phénomène est à la fois éprouvant et fascinant. Dans leur quête d’information, les jeunes tombent aussi sur des contenus pornographiques sur Internet. Ces contenus sont facilement accessibles sur le Web et peuvent souvent être visionnés gratuitement. Si les jeunes ne se rendent pas eux-mêmes sur des sites Internet douteux, il y a de fortes chances qu’ils soient exposés tôt ou tard à des photos ou à des films pornographiques sans le vouloir. 

Les enfants et les jeunes entrent tôt en contact avec la pornographie

Pas moins de 9% des 12/13 ans ont déjà regardé des films pornographiques sur leur téléphone portable ou leur ordinateur. C’est ce que révèle l’étude James 2020, qui cartographie l’utilisation des médias par les jeunes en Suisse. Ce chiffre grimpe même à 31% chez les 14/15 ans. 

Enfin, dans les groupes d’âge des 16/17 ans et des 18/19 ans, une bonne moitié des jeunes interrogés ont déjà vu des films pornographiques. On constate toutefois des différences considérables entre les sexes, les garçons ayant été nettement plus souvent exposés à des contenus pornographiques que les filles.

Définition de la pornographie

La pornographie est la représentation de la sexualité humaine dans le but d’exciter quelqu’un. Les corps nus, les organes génitaux et les actes sexuels y sont explicitement représentés.

Les dangers de la pornographie

Les contenus pornographiques peuvent perturber les enfants et les jeunes et leur donner une fausse image de la sexualité. Les femmes sont le plus souvent présentées comme des partenaires sexuelles soumises et toujours consentantes, les hommes comme performants et dominants. Comme les jeunes ont eux-mêmes encore peu d’expériences sexuelles, il se peut qu’ils adoptent ces modèles de rôles tels quels. Ils se laissent mettre sous pression par les représentations sexuelles du porno.

La pornographie peut donner aux garçons l’impression qu’ils doivent réaliser les mêmes performances ou être aussi musclés et bien dotés que les acteurs des films pornographiques. Les filles peuvent remettre en question leur corps car ces films leur donnent le sentiment de devoir afficher une silhouette parfaite comme les actrices porno.

Malgré les dangers, les parents et les personnes de référence ne devraient pas systématiquement diaboliser la pornographie. 

La pornographie n’a pas grand-chose à voir avec la réalité

Les parents et les personnes de référence doivent faire comprendre aux enfants et aux jeunes que la pornographie ne reflète pas la réalité. La sexualité y est souvent présentée de manière très unilatérale. Le sexe, c’est bien plus que ce que suggère la pornographie classique. En outre, les films sont produits de manière à attirer le plus d’attention possible.

Les enfants et les jeunes doivent savoir que

  • ... la pornographie est une fiction et que les actes sexuels sont mis en scène par des êtres humains. Les films pornographiques ne sont pas des vidéos explicatives sur la sexualité.
  • ... les actrices et acteurs pornos ont souvent eu recours à la chirurgie esthétique, dissimulent ou maquillent leurs défauts.
  •  ... dans la pornographie, le plaisir sexuel est souvent joué. Des drogues et des médicaments sont utilisés pour augmenter le désir ou renforcer l’érection.
  • ... ces films ont souvent recours à des astuces techniques cinématographiques: Les scènes sont avantageusement montées. Du sperme artificiel est parfois utilisé. 

Pornographie: ce que dit la loi

Il est interdit de mettre de la pornographie à la disposition des moins de 16 ans. Même un mineur est punissable s’il poste de la pornographie dans des chats de groupe où se trouvent des enfants ou des jeunes en âge de protection (moins de 16 ans). Exception: si deux personnes âgées entre 16 et 18 ans s’envoient de manière consentante des images de leur propre corps, ce que l’on appelle aussi sexting, elles ne sont pas punissables. Quel que soit l’âge, il est également interdit de posséder, de produire ou de rendre accessible de la pornographie illégale. Cela inclut les actes sexuels avec des mineur·e·s ou des animaux, ainsi que les représentations de la violence.

Si vous tombez sur de tels contenus, vous pouvez les signaler auprès du service de signalement contre la pédocriminalité sur Internet.

Examen critique de la pornographie

Malgré les dangers de la pornographie, les parents et les personnes de référence ne devraient pas systématiquement la diaboliser. En fonction du développement personnel et du contexte, les films pornographiques peuvent aussi avoir un effet plaisant sur les jeunes. Il convient en revanche d’aider les jeunes à faire preuve d’esprit critique, de réflexion et d’autodétermination face à la pornographie. 

Parallèlement à la pornographie classique, des formes alternatives de pornographie se développent de plus en plus. Selon le genre, elles peuvent être plus féminines, plus authentiques et, dans de nombreux cas, plus éthiques et plus diversifiées. Toutefois, ces films sont souvent payants et ne sont donc pas suffisamment accessibles aux jeunes.  

Conseils pour les parents

  • Garder son calme: restez calme si vous apprenez que votre enfant a vu de la pornographie. Ne dramatisez pas et ne jugez pas.
  • En parler: demandez ce qu’a déclenché chez lui·elle la pornographie. Certains enfants et jeunes sont dégoûtés, d’autres sont fascinés. Il se peut aussi que des contrariétés ou des questions sur le corps et le sexe surgissent.
  • Remettre en question: parlez avec votre fille ou votre fils du fait que la pornographie n’a pas grand-chose à voir avec la réalité. Parlez des astuces des réalisateurs.
  • Informer: aidez les jeunes à comprendre la sexualité. De préférence avant même qu’ils ne soient exposés à de la pornographie. Recommandez des livres ou des sites Web adaptés à l’âge des enfants, comme 147.ch ou ciao.ch.
  • Protéger: activez les programmes de contrôle parental et les bloqueurs de fenêtres publicitaires intempestives. Soyez toutefois conscient·e que ces derniers n’offrent pas une protection complète sur Internet.
Faire un don