Mise à jour du rapport sur le coronavirus: les enfants et les jeunes ont besoin de notre soutien maintenant!

Les études scientifiques et les données issues des consultations quotidiennes du 147.ch sont éloquentes: parmi tous les groupes d’âge, les jeunes et les jeunes adultes sont les plus touchés psychologiquement par les conséquences de la crise du coronavirus. Le nouveau rapport de Pro Juventute sur le coronavirus indique dans quels domaines il faut agir.

Les principales conclusions du rapport de Pro Juventute sur le coronavirus

Le stress psychologique des enfants et des jeunes a augmenté de manière significative

  • Au 147, les consultations au sujet des pensées suicidaires ont atteint un nombre record. En effet, par rapport à l’année dernière, le service a effectué cette année 40% de consultations en plus sur les pensées suicidaires. Chaque jour, le 147 est en contact avec 700 enfants et jeunes. Sept contacts par jour portent sur des intentions suicidaires. 
  • Les consultations sur des sujets tels que «se faire du mal à soi-même/automutilation», «inquiétudes pour les ami·e·s» ou «humeur dépressive» ont considérablement augmenté. 

Peur prononcée de l’avenir chez les jeunes et les jeunes adultes

  • Les demandes sur le thème du choix de carrière ont augmenté de 23% en 2020 par rapport à l’année précédente. 
  • Parmi toutes les demandes au sujet du travail, celles de l’année 2021 portent le plus souvent sur «le surmenage et le stress». 

L’utilisation des médias a brusquement augmenté – et avec elle les côtés sombres de ces derniers

  • Avec la pandémie, l’utilisation des médias numériques est en augmentation. Le temps d’utilisation du téléphone portable s’élève à 3 heures et 47 minutes en moyenne un jour de semaine, et à 5 heures et 16 minutes un jour de week-end.
  • Avec la brusque augmentation de l’utilisation des médias, les côtés sombres de ces derniers prennent également de l’ampleur. Près de la moitié des jeunes disent avoir déjà été harcelés sexuellement sur Internet.  

Ce qu’il est urgent de faire maintenant: renforcer les services bien connus et orientés vers les jeunes faisant office de premiers points de contact

  • Extension de l’offre du 147.ch – les canaux de conseil doivent être accessibles à toutes et à tous, partout et même lorsqu’il y a une forte demande. Pour que ce soit possible, des ressources financières supplémentaires sont nécessaires de la part du secteur public. Les mesures d’économie prises au détriment des services et des programmes destinés aux enfants et aux jeunes ne sauraient être justifiées dans les prochaines années.  
  • De vastes campagnes de sensibilisation pour faire connaître les offres de conseil et davantage de ressources pour les services en aval. Des enquêtes montrent que près de la moitié des jeunes ne connaissent aucun service auquel s’adresser en cas de crise aiguë. Ce chiffre est alarmant. Des ressources supplémentaires sont donc nécessaires pour faire connaître les services de conseil à bas seuil faisant office de premiers points de contact auprès des individus du groupe cible et de leurs proches. 
  • Renforcer et développer les structures de soins en pédopsychiatrie ambulatoire et stationnaire. La crise actuelle montre que les structures de soins en pédopsychiatrie sont loin d’être suffisantes; les délais d’attente pour un traitement ambulatoire et/ou stationnaire sont parfois longs – ce qui augmente le risque que les troubles psychiques deviennent chroniques.   

Penser à l’avenir: mettre l’accent sur les enfants et les jeunes

Les problèmes visibles aujourd’hui ne sont pas seulement la conséquence directe de la pandémie de coronavirus; ils sont aussi le résultat d’années de négligence – malgré de nombreux signes d’alerte – dans le domaine de la santé psychique des enfants et des jeunes. 

Il est temps de prendre au sérieux les problèmes des générations futures et d’investir davantage de ressources pour elles.

Il est désormais nécessaire que la politique fédérale et cantonale mette fortement l’accent sur la santé psychique des enfants et des jeunes.  

En tant que plus grande organisation spécialisée dédiée aux enfants et aux jeunes, Pro Juventuteen est convaincue : nous devons avoir pour objectif sociétal d’améliorer la résilience des enfants et des jeunes et de leur apprendre des stratégies appropriées afin qu’ils soient mieux préparés pour faire face aux crises futures. Il est temps de prendre au sérieux les problèmes des générations futures et d’investir davantage de ressources pour elles.

Image
Votre done sauve des vies

 

Rapport de Pro Juventute sur le coronavirus et prise de position

La mise à jour du rapport de Pro Juventute sur le coronavirus fait le point sur les nouveaux résultats des études actuelles. Elle couvre les thèmes de la santé psychique, de la vie de famille, des perspectives de formation et d’emploi, mais aussi de la numérisation et de l’information. La mise à jour documente ainsi les résultats les plus importants sur la situation actuelle en lien avec le coronavirus pour les enfants et les jeunes de Suisse, en mettant l’accent sur leur santé psychique. Tout cela doit contribuer à pouvoir discuter des conséquences de la pandémie et de ses effets indésirables en se basant sur les faits. Vous pouvez télécharger ici le rapport complet de Pro Juventute sur le coronavirus, y compris la liste de toutes les études utilisées et des sources. Vous avez également la possibilité de connaître les revendications politiques de Pro Juventute en téléchargeant le document de prise de position

Dans le premier rapport de Pro Juventute sur le coronavirus datant du début de l’année 2021, la fondation a analysé les premiers résultats de recherche sur la situation des enfants, des jeunes et des familles durant la crise sanitaire.