Corona

Coronavirus: appel politique et pétition en ligne «Laisser les écoles obligatoires ouvertes»

Dans un appel public lancé en novembre 2020, Pro Juventute demandait au Conseil fédéral et à tous les gouvernements cantonaux de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter une nouvelle fermeture des écoles obligatoires et des structures d’accueil extrafamilial des enfants. La fermeture de ces établissements ne devrait être à nouveau envisagée qu’une fois que toutes les autres options pour contenir la pandémie de coronavirus auront été épuisées. L’appel a été signé par plus de 10 000 personnes en seulement quelques jours.
Image
Un garçon avec un sac à dos attend devant une école.

Alors que la fermeture des écoles était de nouveau dʼactualité en janvier, Pro Juventute a une nouvelle fois adressé un courrier à lʼensemble des directrices et directeurs cantonaux de lʼinstruction publique. Elle y faisait référence, entre autres, aux derniers résultats de lʼétude zurichoise «Ciao Corona». Ceux-ci montrent que les élèves ne transmettent que rarement le coronavirus et que très peu de classes sont concernées par une flambée des cas. En outre, Pro Juventute demandait dans son courrier que des mesures soient impérativement prises pour atténuer les conséquences négatives dans le cas extrême où la fermeture des écoles devait être décidée.

Pourquoi les écoles obligatoires et les structures d’accueil extrafamilial des enfants doivent rester ouvertes:

La fermeture des écoles augmente les écarts en matière de formation et aggrave l’inégalité des chances

Après la fermeture des écoles au printemps, on a pu constater que les progrès d’apprentissage des élèves de primaire avaient été réduits de moitié et que les différences entre les enfants ont augmenté de manière significative. C’est ce que montre une étude publiée récemment. Seul un très petit nombre d’élèves tirent profit de l’enseignement à distance. Toutes les structures d’accueil extrafamilial et les écoles obligatoires devraient donc rester ouvertes le plus longtemps possible pour éviter que les écarts en matière d’éducation ne se creusent encore plus et que l’égalité des chances ne se détériore davantage.

Les enfants souffrent plus souvent de violence domestique lorsque les écoles sont fermées

Plusieurs organisations ont constaté une augmentation de la violence domestique depuis le confinement du printemps. Les enfants sont toujours concernés, que ce soit directement ou indirectement. Si les écoles obligatoires et les structures d’accueil extrafamilial sont fermées, un important filet de sécurité et système d’alerte précoce disparaît, car les enseignant·e·s, le personnel d’encadrement et les travailleur·se·s sociaux·les ne voient plus régulièrement les enfants et les jeunes sur place. Il est donc important que les établissements restent ouverts le plus longtemps possible.

L’école est un système d’alerte précoce et un lieu important d’échange social

Les demandes des enfants et des jeunes au 147.ch sur les thèmes «Conflits dans les familles» et «Violence à la maison» ont augmenté de plus de 40%. La peur de la solitude et de perdre ses ami·e·s a également augmenté. Les écoles et les structures d’accueil extrafamilial ne sont pas seulement un lieu important d’échange social, elles constituent également un filet de sécurité et un système d’alerte précoce. Bien souvent, les problèmes et les soucis des enfants sont en premier lieu détectés à l’école ou dans les structures d’accueil extrafamilial. Il est donc important que les établissements restent ouverts le plus longtemps possible.