École et Formation

Entrée dans la vie professionnelle: comment les parents peuvent soutenir les jeunes

Trouver un apprentissage n’est que la première étape de l’entrée dans le monde du travail. Il est tout aussi important de mener à terme l’apprentissage puis de trouver un emploi. Des décisions déterminantes pour le reste de la vie doivent être prises, et si l’entrée dans la vie professionnelle ne se déroule pas comme prévu, cela génère du stress et de la frustration. En tant qu’interlocuteurs de confiance pour les jeunes, les parents assument le rôle le plus important en motivant, informant, encourageant et soutenant leur progéniture.
Image
La mère et la fille discutent d’un choix de carrière possible; les parents sont d’un grand soutien à cet égard.

Autor: Dr. Markus Dieth
Fachpsychologe für Laufbahn- und Personalpsychologie FSP

Il en va souvent différemment dans la pratique. De nombreux parents dirigent les jeunes en leur donnant des ordres et en leur demandant pourquoi ils font la sourde oreille. Ce qui en résulte: des parents impuissants et de la frustration des deux côtés. D’autre part, un style d’éducation dans lequel aucune exigence n’est posée et où l’enfant ne reçoit pas de soutien émotionnel provoque encore plus de conflits familiaux. Tout dépend donc de la relation entre l’enfant et les parents. L’entrée dans la vie active est une transition qui exige des efforts d’adaptation de la part de tous les membres de la famille. Bien souvent, les parents ne parviennent pas à modifier les formes de la relation, ce qui permettrait pourtant aux adolescent·e·s d’acquérir plus d’autonomie malgré leur dépendance.

Le choix de carrière comme sujet au sein de la famille

Pour les jeunes, le choix de la profession et de la formation est un thème central au degré secondaire. Comme la décision de poursuivre une formation post-obligatoire est une partie importante de leur recherche d’identité, ils doivent pouvoir le faire de manière indépendante. Malgré les offres de soutien professionnel, beaucoup de jeunes ne savent pas encore ce qu’ils veulent devenir. À cet âge, la plupart d’entre eux n’ont pas encore réalisé l’importance du choix de carrière. L’expérience nous apprend que les conseils et le soutien des parents sont importants, même si la mère et le père n’ont plus eu leur mot à dire dans d’autres domaines de la vie depuis bien longtemps. Une large partie du choix de carrière commence donc dans la famille. L’expérience montre que les candidats qui obtiennent de l’aide de leurs parents ont de meilleures chances d’obtenir un apprentissage.

La chose la plus importante que les parents peuvent donner à leurs enfants à ce stade est du temps: le temps de parler des idées et des souhaits. Le temps de cerner les intérêts et de raconter leurs propres expériences. Dans ce processus d’évaluation des forces et des faiblesses, des intérêts et des possibilités, les parents devraient jouer un rôle de soutien actif. Mais attention: c’est l’enfant qui doit être ambitieux, pas les parents! Pour faire un choix de carrière éclairé, il est également nécessaire de se connaître soi-même et de se renseigner sur le monde du travail. Cela nécessite le soutien des parents: d’une part, ils ont probablement une vague idée des professions qui conviendraient à leur enfant. D’autre part, ils leur donnent un aperçu des processus, des règles et des contenus du monde du travail en parlant de leurs propres activités et des différents postes qu’ils connaissent.

Pour savoir ce que vous pouvez faire si, malgré tous vos efforts, votre enfant ne trouve pas de place d’apprentissage, lisez notre article «Ce que vous pouvez faire si votre enfant ne trouve pas de place d’apprentissage».

Présence des parents pendant l’apprentissage

Qu’ils le veuillent ou non, les parents influencent également la période d’apprentissage de leurs enfants. Pour eux, c’est la dernière grande tâche avant que leur progéniture ne devienne plus indépendante. Dans cette phase, avant que la fille ou le fils ne coupe complètement le cordon, la tension augmente à nouveau dans de nombreuses familles. Les attentes mutuelles apparaissent et la période d’essai apporte avec elle son lot de nouvelles impressions et expériences, qui ne sont pas toujours complètement positives. Souvent, le cercle amical des jeunes change lui aussi, car ces derniers sont désormais actifs sur le marché du travail et fréquentent une école professionnelle à l’extérieur.

Au cours de l’apprentissage, des phases de démotivation et d’insatisfaction surviennent inévitablement, et les interruptions d’apprentissage ne sont pas rares. Dans de telles situations, il est conseillé aux parents d’encourager leurs enfants et, si nécessaire, de collaborer avec les responsables de la formation professionnelle de l’entreprise formatrice. Il est important que la responsabilité reste entre les mains des jeunes et que les conséquences soient mises en évidence. Les crises les rendent plus matures et le fait d’entreprendre leurs propres démarches pour mettre en place des solutions augmente leur confiance en eux. Souvent, avant les examens de fin d’apprentissage, les jeunes ont également besoin de l’encouragement et du soutien de leurs parents, même si cela les embarrasse.

Soutien lors de l’entrée dans la vie professionnelle

Si l’apprenti·e diplômé·e ne reste pas dans l’entreprise formatrice, les parents sont confrontés à un nouveau défi. Sans emploi, leur fille ou leur fils ne pourra pas se permettre de déménager, de financer des vacances ou de passer l’examen de conduite. La participation et l’intégration sont essentiellement liées au travail. Il est important de trouver des solutions le plus vite possible après l’apprentissage, car sans structure de travail réglementée, les professionnels perdent rapidement leurs compétences, leur confiance en eux et leurs aptitudes professionnelles. Il est important que les parents ne tombent pas dans le piège de la prise en charge, mais plutôt qu’ils encouragent la volonté de leur enfant de façonner lui-même sa vie et soutiennent toute réorientation professionnelle nécessaire. Les parents devraient également montrer l’exemple dans leur gestion constructive du chômage, des réponses négatives à répétition et du doute de soi, car les jeunes ayant de bons modèles adoptent le comportement des adultes beaucoup plus souvent que ceux ayant des modèles négatifs.

Si une bonne relation entre les parents et l’enfant peut être établie ou maintenue, l’entrée dans la vie professionnelle peut constituer une phase productive et passionnante pour toutes les personnes concernées.

Recommandations aux parents

  • Même si vous n’êtes plus sollicité∙e dans d’autres domaines de la vie, vos conseils et votre soutien sont importants lors de l’entrée de votre progéniture dans la vie active. Notez que les jeunes souhaitent moins de soins de la part des mères et plus d’implication de la part des pères.
  • Prenez du temps: parlez des idées et des souhaits de votre enfant et essayez de cerner ses intérêts.
  • Pour les jeunes, le monde du travail est encore souvent très abstrait. Donnez à votre enfant un aperçu des processus, des règles et des contenus du monde du travail en parlant de vos propres activités.
  • Au cas où les choses ne se passeraient pas comme prévu: encouragez votre fille ou votre fils et, si nécessaire, collaborez avec l’entreprise formatrice et l’école professionnelle. Assurez-vous toutefois que les jeunes conservent l’entière responsabilité et qu’ils aient conscience des conséquences.
  • Encouragez et soutenez votre enfant durant les transitions, les périodes d’essai et les examens.
  • Si votre fille ou votre fils ne trouve pas d’emploi après son apprentissage: gérez le chômage, les réponses négatives et le doute de soi de manière constructive.
  • Encouragez la volonté de votre progéniture de façonner lui-même sa vie et, si nécessaire, soutenez une éventuelle réorientation professionnelle.