Développement et Santé

Mon enfant doit-il être vacciné contre le coronavirus?

Depuis que l’Institut suisse des produits thérapeutiques Swissmedic a approuvé les vaccins de BioNTech-Pfizer et Moderna également pour les jeunes âgés de 12 à 17 ans en Suisse, les familles se posent de nouvelles questions. Il est important que les parents impliquent leur fille ou leur fils dans ce processus. Parce que les enfants ont la capacité et le droit de se faire une opinion et d’être entendus.
Image
Fillette préparée pour la vaccination.

Être parent, c’est évaluer sans cesse ce dont son enfant a besoin pour grandir heureux et en bonne santé. Le bien-être de l’enfant est au centre des réflexions et influence les décisions. 

Qu’est-ce qui convient le mieux à mon enfant ?

Qu’il s’agisse de vaccination ou d’autres questions, lorsque vous cherchez une réponse, il est important d’impliquer votre enfant dans le processus de décision. En effet, selon la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, les enfants et les jeunes ont le droit de se forger librement une opinion et de s’exprimer en toute liberté, notamment sur les questions qui les concernent. Discutez en famille, vérifiez les faits ensemble, demandez des renseignements à votre pédiatre ou obtenez des informations auprès d’autres spécialistes. Assurez-vous que votre enfant puisse évaluer librement et sans pression les avantages et les risques d’une vaccination. 

Recommandation de vaccination de la Commission fédérale pour les vaccinations et des pédiatres

En tenant compte d’une analyse individuelle des risques et des bénéfices, la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) et la Société Suisse de Pédiatrie recommandent la vaccination des enfants et des jeunes. Que faut-il inclure dans votre analyse des risques et des avantages ? Selon les experts, cette analyse des risques et des avantages doit évaluer d’une part la manière dont la vaccination peut protéger contre l’infection par le virus, et d’autre part les effets de la pandémie pouvant être évités. En effet, l’isolement, la quarantaine et les restrictions de la vie sociale mettent les enfants et les jeunes à rude épreuve. 

Évaluez les risques et les avantages avec votre enfant et laissez-le décider librement. 

Les enfants ont payé un lourd tribut face à la pandémie

Pendant la pandémie de coronavirus, les enfants et les jeunes ont souffert davantage et ont été plus atteint dans leur santé mentale que les autres groupes de population. Au centre Conseils + aide 147 de Pro Juventute, les consultations sur les problèmes de santé mentale ont augmenté de 40% par rapport à l’année précédente (voir le rapport de Pro Juventute sur le coronavirus). Les cas de crise avec intention suicidaire ont également presque doublé par rapport à l’année précédente. Les psychiatres pour enfants et jeunes font face à une forte sollicitation. En raison des fermetures d’écoles, les enfants qui ont eu peu de soutien à la maison sont particulièrement défavorisés, notamment dans la recherche de places d’apprentissage. L’inégalité des chances s’est encore aggravée. Ces informations doivent également être prises en compte pour peser le pour et le contre de la vaccination de votre enfant. 

L’enfant a le droit d’exprimer son opinion

Si un enfant est capable de jugement, et qu’il accepte ou refuse la vaccination, les adultes doivent l’accepter. En règle générale, un enfant est considéré comme capable de jugement à partir de l’âge de dix ans. Votre pédiatre peut évaluer la capacité de jugement de votre enfant. 

Nous recommandons la procédure suivante: Évaluez les risques et les avantages avec votre enfant et laissez-le décider librement. Donnez à l’enfant l’espace et le temps nécessaires pour se faire une opinion et aidez-le à se renseigner sur la vaccination.

Liens sur le sujet