Médias et Internet

Le premier téléphone portable est un sujet qui concerne toute la famille

Chaque famille doit décider elle-même quand le moment est venu pour les enfants d’avoir leur propre téléphone portable. Andrea Brönnimann est animatrice Pros des médias chez Pro Juventute. Dans le cadre de cet entretien, cette mère de deux enfants raconte comment elle a géré la question du smartphone dans sa famille.
Image
Andrea Brönnimann en interview

En tant qu’animatrice Pros des médias, tu organises des ateliers avec les enfants dans les écoles. Durant les séances d’information pour les parents, tu donnes également des renseignements utiles sur le thème des médias numériques dans la vie familiale au quotidien. quotidienne. Tu as deux fils de douze et quinze ans et tu sais donc aussi ce que vivent les parents. À quel âge tes enfants ont-ils obtenu leur propre smartphone?

Andrea Brönnimann: Notre fils aîné a reçu son premier smartphone lorsqu’il est entré au degré secondaire. Son frère était un peu plus jeune; il a reçu son premier téléphone portable à l’âge de onze ans, pour Noël. Auparavant, chaque enfant avait sa propre tablette, avec d’importants paramètres de sécurité. Ensemble, nous avons exploré différentes applications, joué à des jeux et cherché des façons d’utiliser la tablette.

Comment as-tu préparé tes enfants à utiliser leur propre smartphone?

Un smartphone bon marché équipé d’une carte prépayée servait de «téléphone portable d’essai pour la famille». En tenant compte des recommandations d’âge, nous avons essayé avec chaque enfant ce qui était «à la mode» à l՚époque. Les enfants ont également participé au chat de leur classe sur WhatsApp avec ce smartphone. Comme cet appareil appartenait à toute la famille, nous avons déterminé ensemble où il devait être. Et bien sûr, il était clair pour tout le monde qu’il n՚était pas question de sphère privée puisque chaque membre de la famille y avait accès.  

Comment as-tu su que le moment était venu pour tes enfants d’avoir leur propre smartphone?

Pendant longtemps, comme tout le monde disposait de ce dont il avait besoin, les enfants n’ont pas demandé à avoir leur propre smartphone. Avec leur tablette, ils ne se sentaient pas exclus. Leurs besoins étaient satisfaits, car l’appareil avec lequel ils participaient aux chats de groupe, par exemple, ne leur importait pas à ce moment-là. C’est lorsqu’ils ont eu besoin d’une sphère privée qu’est venu le désir d’avoir leur propre smartphone. Comme nous avons toujours pris soin de beaucoup échanger, les enfants parlaient de leurs bonnes mais aussi de leurs mauvaises expériences sur Internet. De ce fait, j’ai su qu’ils avaient les compétences et les aptitudes nécessaires et que nous pouvions leur faire confiance pour gérer leur propre appareil. 

Il était important pour moi que mes enfants aient déjà certaines compétences médiatiques et que nous ayons des discussions sur les opportunités et les risques liés à l’utilisation des médias numériques.

Qu’est-ce qui était important pour toi avant que tes fils aient leur premier téléphone portable? 

Il était important pour moi que mes enfants aient déjà certaines «compétences médiatiques» et que nous ayons des discussions sur les opportunités et les risques liés à l’utilisation des médias numériques. L’établissement de règles et d’accords passés ensemble faisait aussi partie du processus pour moi. J’ai trouvé la check-list «Ist mein Kind fit für ein eigenes Smartphone?» (Mon enfant est-il prêt à avoir son propre smartphone?), de l’initiative klicksafe, très utile. Cet outil m’a aidépour facilité les discussions avec mes enfants.

Que conseilles-tu aux parents avant qu’ils n՚offrent leur premier smartphone à leurs enfants? 

Je pense qu’il est vraiment judicieux de limiter dès le début le temps d’écran pour la consommation des médias. De cette façon, les enfants savent de combien de temps ils disposent pour utiliser les applications ou les jeux de leur choix et peuvent répartir ce temps eux-mêmes. Je recommande également l’application wup de Pro Juventute, dont se sert d’ailleurs notre fils cadet. Sans que j’y aie accès, wup réfléchit à son comportement face aux médias et lui donne des conseils et des suggestions utiles. 

À quoi les parents peuvent-ils faire attention en amont?

Des aides techniques peuvent être utilisées pour mieux accompagner les enfants. Dans le but surtout de les protéger, pas de les contrôler. Les parents peuvent par exemple fixer un temps d’utilisation des écrans, prévoir des restrictions et encourager les enfants à réfléchir à leur comportement face aux médias. Le financement de l’appareil ou les frais qui viennent ensuite tels que les frais de carte prépayée ou d’abonnement doivent également être discutés à l’avance. Nos enfants ont demandé de l’argent à Noël ou à leur anniversaire pour financer leur téléphone portable.

Y a-t-il un message fondamental que tu aimerais encore faire passer aux parents?

L’échange et le dialogue permanents sont et restent essentiels. Les conflits et les discussions autour du smartphone en font partie et ne peuvent être évités, même avec l’utilisation de paramètres de sécurité.
 

Conseils aux parents

  • Expliquez à votre enfant que lui permettre d’avoir son propre téléphone portable est un signe de confiance. Abordez les attentes qui y sont associées.
  • Exprimez vos doutes si vous pensez que votre enfant n’est pas encore prêt à avoir son propre appareil. 
  • Assurez-vous que votre enfant consomme des contenus adaptés à son âge. Pour en savoir plus, consultez l’article «Utiliser les médias numériques d’une manière adaptée à l’âge». 
  • Expliquez pourquoi vous imposez des restrictions sur le temps d’écran, les contenus ou les achats intégrés aux applications.  
  • Même lorsque votre enfant devient plus grand, et tout en respectant sa vie privée, maintenez le dialogue avec lui et continuez à parler ensemble des opportunités et des risques en ligne. 
Faire un don