Médias et Internet

Contrôler les enfants avec des applications de surveillance

Il existe diverses applications et fonctions de surveillance pour contrôler le comportement des enfants par rapport aux médias. Mais ces applications de surveillance sont-elles un outil utile pour l’éducation aux médias ou nuisent-elles à la relation entre les parents et l’enfant? Réponses à des questions importantes.
Image
Une mère surveille sa fille sur la tablette

Parce qu’ils se font du souci pour leurs enfants, certains parents utilisent des applications pour surveiller leur fille ou leur fils. Ces outils permettent aux parents de lire les messages de l’enfant, de contrôler son temps d’écran ou de toujours savoir où il va en le géolocalisant. Une sécurité trompeuse, car ni les situations dangereuses ni l’envoi de contenus inappropriés ne peuvent être évités par les applications de surveillance. 

Quand les parents suivent leurs enfants à la trace

Les parents qui géolocalisent leurs enfants recherchent un contrôle absolu et veulent savoir constamment où se trouve leur fille ou leur fils à tel ou tel moment. Une surveillance constante ne calme souvent les parents que sur l’instant et entraîne à long terme davantage d’anxiété et d’inquiétude. En vérifiant sans cesse ce que fait l’enfant, on imagine aussi constamment ce qui pourrait lui arriver. 

Les applications de surveillance rompent la confiance

La surveillance constante détruit la relation de confiance entre parents et enfant. Par leur contrôle, les parents signalent à l’enfant qu’ils ne lui font pas confiance. Au lieu de cesser les comportements dangereux, l’enfant se met alors à utiliser des astuces pour contourner les «barrières électroniques» ou essaie de cacher son comportement au maximum à ses parents. Cela devient particulièrement dangereux quand les enfants se retrouvent dans une situation à risque et n’osent plus se tourner vers leurs parents. 

Le droit à la vie privée

Le droit des enfants au respect de leur vie privée est établi dans l’article 16 de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant. Cela s’applique également à l’espace numérique. Les parents également doivent respecter la vie privée de leur enfant. Dans le cas des jeunes enfants, il peut être utile de limiter le temps d’écran ou de garder un œil sur les contenus consultés en utilisant un logiciel de filtrage. Dans l’idéal, cela se fait en consultation avec l’enfant. En outre, les parents peuvent veiller à ce que les enfants aient régulièrement des moments sans distractions numériques. 

Autres solutions pour la protection des enfants 

Les discussions ouvertes renforcent la confiance et sont plus efficaces que les applications de surveillance. Dans le cadre d’échanges mutuels, on montre à l’enfant les scénarios qui suscitent des inquiétudes. Les parents peuvent aussi lui demander comment il gère les situations délicates. De cette manière, les parents restent dans le dialogue avec leur enfant et peuvent évoquer des sujets qui vont au-delà de l’utilisation des médias. En demandant à leur fille ou à leur fils quelles plates-formes elle/il utilise et comment elles fonctionnent, les parents montrent leur intérêt. Des moments médiatiques communs sont utiles pour lancer de telles discussions. Il est important que l’enfant puisse parler de ses expériences dans la vie quotidienne et dans ses rapports avec les médias sans craindre de conséquences négatives. Si des problèmes surviennent, il est préférable de chercher d’abord des solutions ensemble plutôt que de se rabattre sur des applications de surveillance. 

Conseils aux parents

  • Favorisez une relation de confiance avec votre enfant et échangez régulièrement ensemble. Misez sur des discussions ouvertes plutôt que sur des applications de surveillance.
  • Parlez à votre enfant des dangers numériques et de la manière de gérer les situations dangereuses sur Internet.
  • Accompagnez votre enfant dans son utilisation des médias numériques et donnez-lui l’occasion de prendre lui-même des décisions responsables.
  • Renseignez-vous sur les avantages et les inconvénients des médias numériques, des réseaux sociaux ou des jeux vidéo. Plus vous vous y connaissez vous-même sur le sujet, mieux vous pouvez aider votre enfant.